Les prix des panneaux photovoltaïques vont encore baisser : la Chine et l’Europe sont parvenues à un accord.

 Le 9 octobre 2008 à Martillac près de Bordeaux, des rangées de capteurs photovoltaïques qui équipent la centrale électrique solaire du site de Montesquieu
Le 9 octobre 2008 à Martillac près de Bordeaux, des rangées de capteurs photovoltaïques qui équipent la centrale électrique solaire du site de Montesquieu © AFP / JEAN-PIERRE MULLER

Un peu d’histoire : l y a trois ans, l’Europe s’est fâchée contre les chinois, accusés de dumping économique sur les panneaux solaires. Subventionnés en Chine, ils arrivaient sur le marché européen à des prix défiant toute concurrence. L’Europe a donc annoncé qu’elle allait les taxer. On cherche toujours les textes de loi et les montants. En réalité il n’y a jamais eu de taxe. Mais un accord resté discret. C’est beau, la transparence…

La Chine s’est engagée à ne pas vendre en dessous d’un prix plancher. Ne pas vendre à bas coût. Elle a respecté sa parole.

L’Europe vient de décider de casser l’accord.

Elle considère que le marché, le jeu de l’offre et la demande, peuvent désormais réguler les prix. Et elle est convaincue que les coûts vont encore baisser. L’Europe produit des panneaux solaires. Il y a trois usines en France.

D’après André Joffre, Président du cabinet d’étude Tecsol, l'électricité produite par les panneaux photovoltaïques est de plus en plus compétitive. Elle ne représente qu’une goutte d’électron en France : 1%. Mais la technologie fait des progrès considérables, les rendements augmentent, et il est convaincu que dans vingt ans, le soleil apportera 30% de la production électrique, l’essentiel étant installé pour l’aut-consommation.

Je consomme ce que je produis

Un particulier utilise sa propre électricité quand il en a besoin et la renvoie sur le réseau électrique quand elle ne lui est pas nécessaire. Evidemment, la nuit, les panneaux ne produisent pas. Sauf à investir dans des batteries de stockage, on ne pas l’utiliser chez soi. En tout cas le soleil est un avenir énergétique prometteur.

D’autant que le gouvernement vient de lui donner un coup de pouce fiscal, pour convaincre que le soleil ne sert pas seulement à faire une petite bronzette.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.