Dans le laboratoire d’Isabelle Farrera, Ingénieur et Responsable de l’équipe Palynologie au Laboratoire de patho-vigilance et de développement apicole de Sup Agro à Montpellier...

Photo d’une lame microscopique contenant plusieurs types de pollens.
Photo d’une lame microscopique contenant plusieurs types de pollens. © I Ferrara

La palynologie est la science qui étudie les grains de pollen. Un petit rappel : le grain de pollen est l'élément fécondant mâle de la fleur. Sa taille peut varier de 5 à 250 microns selon les espèces. Son mode de transport vers l'organe sexuel féminin de la fleur peut être les insectes pollinisateurs, l'eau, les oiseaux, les mammifères et le vent... ce dernier est un peu hasardeux... Alors pour être certaines de trouver l'âme sœur et d'assurer sa reproduction, certaines espèces comme le noisetier peuvent libérer jusqu'à 4 millions de graines par jour.

Mais à quoi sert d'observer le pollen ?

Isabelle Farrera explique que cela permet notamment de prévoir les récoltes.

Etudier et surveiller l'apparition des pollens permet également de lancer des alertes et de prévenir les personnes allergiques. C'est le cas pour 10 à 30% des habitants de la planète selon les lieux où ils habitent. C'est l'une des missions du laboratoire d'Isabelle Ferrara qui mesure la concentration de pollen dans l'air. Si vous voulez en savoir plus, rendez vous sur le site internet de France Pollen

La minute de la biodiversité

Et une plante qui apprécie le sel.

On l'appelle la lavande ou le lilas de mer. Il s'agit de la saladelle. Elle pousse dans les milieux salés et et elle a une technique très efficace pour se débarrasser du sel comme l'explique François Letourneux de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.