La bardane
La bardane © JMp48

La nature nous inspire des progrès technologiques. C'est le bio mimétisme. Un rapport d'évaluation est publié ce matin.

S'inspirer de la nature pour fabriquer de nouveaux produits est une pratique née avec l'humanité.

La tortuda de Jules César imite la carapace de la tortue. Bouclier sur la tête les armées de Jules étaient mieux protégées. Léonard de Vinci et ses projets d'hélices, de parachute, de planeur sont issus de l'observation des oiseaux.

En 1941, un ingénieur suisse Georges de Mestral remarque que lui et son chien reviennent de leur promenade couvert de fleurs de bardane. La plante a trouvé cette astuce pour transporter ses graines et coloniser de nouveaux territoires. Ses fleurs se terminent par des crochets à mémoire de forme. 10 ans plus tard c'est la naissance du Velcro.

Le nez du train à grand vitesse japonais a été dessiné sur le modèle du bec et de la tête du martin pêcheur. Ce profilage a permis de réduire la consommation électrique du Shinkansen de 15% et d'augmenter sa vitesse de 10%.

Le bio mimétisme consiste aussi à s'inspirer des écosystèmes. Dans la nature rien ne se perd tout se transforme. Dans une forêt les végétaux morts sont dégradés et recyclés par des champignons, des bactéries. C'est ce principe que copie l'économie circulaire : les déchets d'une usine deviennent la matière première d'une autre industrie.

Toutes les activités humaines peuvent s'inspirer de la nature, de la production d'énergie en passant par l'architecture.

La ville nouvelle de Lavasa en Inde est soumise à une courte mais violente saison des pluies. Les toits imitent la morphologie des feuilles de figuier pour évacuer rapidement les eaux de pluie, le revêtement des chaussées est perméable. Pour éviter les inondations, ce sont les fourmis locales qui ont donné la solution : elles se préservent de la noyade grâce à un réseau très dense de petits canaux. Les architectes de Lavasa ont reproduit ce réseau dans la ville.

Ces exemples sont extraits du rapport du Conseil économique, social et environnemental

rendu public ce matin.

En Allemagne le bio mimétisme est enseigné depuis longtemps, plus d'une centaine de centres de recherche sont impliqués.

En France, nous en sommes loin. Même si l'on peut saluer la naissance d'un centre européen en bio mimétisme à Senlis. Il est impératif d'innover commente l'auteur du rapport, Patricia Ricard et dans un sourire elle ajoute "l'âge de pierre ne s'est pas arrêté faute de pierres". Nous avons découvert le bronze, le fer. Et Patricia Ricard conclut : " à quoi sert la nature ? À fabriquer le futur. "

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.