ADVOCNAR
ADVOCNAR © Radio France

Ce soir les associations de lutte contre les nuisances aériennes manifestent à Paris.

Écoutes maman c'est sympa ton barbecue mais on rentre manger à l'intérieur. On ne s'entend pas parler et même pas mastiquer les brochettes. Maman, s'appelle François Brochot. Elle préside l'Advocnar, une association de lutte contre les nuisances aériennes en Ile de France. Françoise habite à 17 kilomètres du seuil des pistes de l'aéroport de Roissy. Un vol toutes les minutes -au pire- toutes les 5 minutes -au mieux-. En hiver ce pourrait être supportable et encore. En été pas question d'ouvrir les fenêtres pour refroidir la maison. Les avions elle les connait, elle a passé son enfance ici. Et puis elle a décidé de s'y installer. Mais à l'époque on ne parlait pas du doublement des pistes de l'aéroport de Roissy. Depuis ses oreilles ont été assourdies par l'augmentation du trafic. Elle attend depuis deux ans les aides à l'insonorisation de sa maison. Et ce n'est pas pour demain : le délai d'attente est de 5 ans en moyenne. Les riverains de Roissy et Orly vont manifester sous les fenêtres du ministère de l'environnement ce soir. Ils avaient l'habitude de dialoguer avec les ministres de l'environnement. Mais depuis l'élection de François Hollande : silence. Aucune rencontre avec les ministres de l'environnement qui se sont succédé. Ça leur fait drôle ce silence quand les moteurs des avions leur cassent les oreilles. Le trafic aérien a augmenté jusqu'en 2008. Et là boom crise économique. Depuis il stagne. Mais les prévisions estiment qu'il doit doubler d'ici 2030. Et ils ont peur. Pourtant les avions sont de moins en moins bruyants. De plus en plus gros pour transporter un maximum de passagers en une seule fois. Mais le bruit est toujours là.

Et les avions contribuent aussi à la pollution de l'air.

A hauteur de 7%. Le chiffre est sans doute sous-évalué car il ne prend en compte que le roulage vers la piste décollage et atterrissage. Au-delà de 915 mètres d'altitude, on ne contrôle pas les émissions polluantes. Comme si à cette hauteur les avions éteignaient leurs moteurs et ne crachaient plus de pollution. Le linge que l'on laisse sécher dehors est souvent souillé par des taches un peu huileuses. C'est ce que racontent les riverains. Preuve qu’en vol les avions polluent aussi.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.