Deux nouvelles plutôt encourageantes pour la lutte contre le réchauffement climatique.

Je vous en parlais il y a deux semaines : l’avion propre. Bon évidemment on pense à l’avion solaire de Bertrand Picard qui a fait le tour du monde. Mais il était un peu tout seul dans son avion : le transport aérien électrique n’est pas pour demain. En revanche l’aviation civile vient de s’accorder sur une diminution des émissions de gaz carbonique.

Après 6 ans de négociations.

Après avoir réussi à exclure leur activité de l’accord de Paris sur la réduction des gaz à effet de serre.

Finalement l’avion veut bien lutter contre le réchauffement climatique.

Et pourtant les associations sont critiques.

Jamais contentes. Mais en même temps elles n’ont pas tort : l’accord ne fixe pas d’obligations et n’entrera en vigueur que dans 10 ans. Il envisage d’utiliser des outils de compensation carbone pour réduire les gaz. Air France a lancé une expérimentation dans ce domaine à Madagascar : la compagnie finance la reforestation. Planter des arbres permet de capter du gaz carbonique, ils en ont besoin pour grandir, et le tour est joué. Ce que les avions émettent est compensé par la plantation d’arbres. Idée critiquée également par les ONG : trop facile quand il faudrait réduire les émissions des avions.

Bon autre bonne ou fausse bonne nouvelle : la réunion actuelle sur les gaz réfrigérants.

C’est à Kigali. Vous savez que les CFC et HCFC ont été interdits parce qu’ils grignotaient la couche d’ozone. Notre protection contre les rayons du soleil les plus nocifs. Ces gaz servaient de fluides réfrigérants, il y en encore dans les vieux réfrigérateurs, on les trouvaient aussi dans les aérosols, les déodorants, la mousse à raser, etc…

Ils ont été remplacés par les HFC. Miracle, on a cru bien faire ils sont neutres pour la couche d’ozone. Mais ils ont un gros défaut : leur pouvoir réchauffant sur le climat est plus de mille fois supérieur à celui du gaz carbonique. Leur durée de vie dans l’atmosphère est plus brève mais certains scientifiques estiment que si on les interdit cela pourra nous aider à maintenir l’augmentation de la température à deux degrés. Ca va se décider cette semaine je vous tiendrai au courant.

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.