Dans le monde des plantes, on applique aussi l’adage « diviser pour mieux régner ».

Une étude de l’INRA (institut national de recherche agronomique) montre que les plantes savent se défendre toutes seules contre les ennemis qui veulent les grignoter.

Vous aimez le riz ? Il a du combat avec un champignon qui détruit de quoi nourrir 60 millions de personnes dans le monde chaque année. Il brûle les feuilles. Le riz produit des bactéries pour se défendre, le champignon s’adapte, c’est la course à l’armement entre les deux espèces. Même si l’homme use et abuse des pesticides pour protéger sa récolte. Le champignon gagne souvent.

Sauf dans le sud-ouest de la Chine dans les rizières de YUANYANG inscrites au patrimoine mondial de l’humanité. Les chercheurs se sont interrogés ? Ici on n’utilise pas de produit phytosanitaire. Ici le champignon est présent mais il ne cause pas de ravage. que des petites attaques sans conséquences pour les rendements.

Les chercheurs de l’INRA ont foncé en Chine pour comprendre

Dans cette rizière on cultive deux espèces de riz depuis 200 ans.

En terrasse, sur une zone grande comme la Camargue. Et cette diversité permet de diviser pour mieux régner, en ce qui concerne le riz, pour mieux survivre au champignon ravageur. Chaque espèce de riz a son propre système immunitaire. Le champignon n’y comprend rien. Il est là mais ne sait pas comment attaquer. La diversité de la culture, deux espèces de riz, deux systèmes de défenses, ça l’empêche de trouver les armes. Il ne sait plus où donner de la tête. La rizière a divisé pour mieux régner.

Mais ça veut dire quoi ?

Ça veut que dire que la diversité biologique est mieux armée pour combattre l’adversité. Ça veut dire que la monoculture, une seule espèce dans une parcelle cultivée par l’homme ne peut pas combattre les parasites. Sauf à être aspergée de pesticides. Ha oui ça les sauve mais ça nuit à l’environnement : pollution des terres, de l’eau, de l’air. Dans cette rizière chinoise, on n’utilise aucun produit chimique. Un comble dans ce pays réputé pour ses pollutions.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.