Est-il juste de faire payer le chauffage de son appartement en fonction de sa consommation ?

Quand vous achetez un kilo de pomme de terre, vous payez les légumes au poids… quand vous vous chauffez, vous ne payez pas la totalité de vos dépenses. En tout cas dans les logements à chauffage collectif, les frais sont mutualisés, partagés entre tous les occupants. Vous êtes en couple dans votre logement, vous payez pour la famille de quatre personnes qui vit à côté.

Cette année, l’individualisation des frais devient obligatoire, les appartements doivent donc être équipés d’un compteur. Je paie ce que je consomme.

Cela semble plus équitable !

Oui. Mais non ! c’est ce qu’estiment les organisations HLM et de copropriété. Elles dénoncent d’abord le coût de l’installation. Mettre un compteur revient à 35 euros auxquels il faut ajouter l’abonnement : jusqu’àcent euros par an. Mais souvent ça ne suffit pas : pour contrôler la température, vous devez équiper les radiateurs de robinets thermostatiques… 450 euros par logement en moyenne.

Si vous faites ça, vous devez compter avec la qualité de l’eau qui circule dans les tuyaux : avec le calcaire qui risque de bloquer vos robinets tout neufs. Il faut donc investir dans un système de purification de l’eau.

La facture n’est plus calcaire mais elle commence à être salée.

Mais si ça permet de faire des économies d’énergie, ça vaut le coup !

Les études sur l’impact anti-gaspillage de ce système sont surréalistes. 25% d’économie pour les plus optimistes, un petit pour cent pour d’autres. Autant dire que cela ne veut rien dire. Ces études ne sont pas fiables. Mieux vaudrait investir dans l’isolation thermique des logements dont le double vitrage… la rénovation sera d’ailleurs bientôt obligatoire en cas de ravalement d’un immeuble. "Et ça , disent les organisations HLM et de copropriété, nous ne nous y opposons pas ". Elles trouvent que c’est plus efficace.

Mais ce serait tout de même juste de payer mon chauffage comme le kilo de pomme de terre en fonction de ma consommation. "L’idéal serait d’en mutualiser une partie " estime l’association Négawatt qui milite pour les économies. Tout le monde se partage les frais des premiers 19 degrés. Si vous vous chauffez plus, 22, 23 degrés : vous payez la différence. Mais dans ce cas il faut équiper les logements de compteurs et de tous les systèmes que je viens d’évoquer donc, rebelote, ça coûte cher.

Quelle est la solution ? Peut être vivre à plusieurs. Le corps humain est un radiateur.

Plus on est nombreux dans un logement moins on consomme : vous dégagez un halo de chaleur, Patrick Cohen…je le vois planer au dessus de vous !

L'équipe

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.