Il ne s’agit pas de contes, d'histoires mais de nombres. Et c'est le nom de l'opération organisée par la société nationale de protection de la nature et Natureparif. Elle demande aux franciliens de recenser ces mini points d'eau en Ile de France.

Près de la moitié de ces micros zones humides ont disparu dans l'hexagone depuis 1950. Et les survivantes au bétonnage, au bitumage ne sont pas toutes connues. D'où cet appel au bon vouloir des franciliens.

C'est un exemple de science participative. L'opération a débuté en 2010. Elle a permis d'identifier plus de 22 250 mares. L'opération est reconduite car il reste environ 15 000 mares à confirmer. L'objectif étant de les préserver.

Mare
Mare © Rosa Isabel Vazquez - cultura - Corbis

Ces points d'eau fourmillent de biodiversité, il n'est pas nécessaire de voler jusqu'à forêt tropicale : la vie sauvage est là tout près de chez nous.

Les mares nous rendent également des services économiques que l'on redécouvre avec le changement climatique. L'eau redevient précieuse. Les mares ont également une fonction d'épurateurs de pollution. Elles digèrent les polluants. Elles permettent enfin de lutter contre l'érosion des sols.

La minute de la biodiversité

Et notre ancêtre commun qui nous ressemblait assez peu.

François Letourneux de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.