A l’occasion du salon Interoute qui s’ouvre à Paris, faisons le point sur les routes dites vertes.

Chantier de recyclage à froid
Chantier de recyclage à froid © Wirtgen GmbH

A l’occasion du salon Interoute qui s’ouvre à Paris, faisons le point sur les routes dites vertes.

De la Terre à la Lune aller-retour. C’est grosso modo la distance que couvrent les rues, les routes, les autoroutes de France. Un million de kilomètres. Ça en fait du bitume ! Et du pétrole puisque à la base le bitume c’est du pétrole. Mais il peut être recyclé. Lorsqu’un enrobage nécessite une rénovation, devenu trop vieux et cassant, vous savez les nids de poules qui se creusent sur la route, on peut le soigner avec des matériaux recyclés.

Merci d’ailleurs aux camions : le passage d’un seul 40 tonnes fait autant de dégâts qu’un million de voitures qui roulent au même endroit. Le nouveau revêtement peut comprendre jusqu’à 35% de vieux bitume réutilisé. On économise de la matière. Et de l’énergie.

Vous, automobilistes, vous avez déjà vu ces nuages qui s’échappent des travaux de rénovation des routes. Et vous êtes en voiture. Imaginez ce que respirent et la chaleur que supportent les ouvriers qui ont le nez dessus. Jusqu’à 170 degrés pour ramollir le bitume et le compacter sur la route. On le chauffe avec du fuel, le fuel c’est encore du pétrole pour couler du pétrole sur la route.

Mais il existe une technique dite "à tiède". Bon tiède c’est tout de même 80 à 130 degrés. N’y mettez pas les mains, ça brûle. Malgré tout, cela permet de réduire les consommations énergétiques et de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Et il est possible de faire ces travaux à froid.

Oui mais à température ambiante le bitume est dur. Il faut lui ajouter de l’eau et des additifs. « C’est un peu comme la sauce de la salade » raconte Marc Tassone le directeur de l’institut des infrastructures. L’huile a tendance à surnager si on ne remue pas le mélange avec le vinaigre et la moutarde. Enfin si vous aimez la moutarde. Vous n’êtes pas obligés d’en ajouter. Les additifs au bitume servent à stabiliser l’enrobé qui va réparer la route. Et cette opération peut se faire rapidement : une seule machine rabote le revêtement usé de la chaussée. Elle l’avale et malaxe dans son ventre le mélange puis remet le tout sur la route. Un kilomètre de chaussée peut être rénové en un jour. Avec le matériau qu’elle vient d’extraire de la route et de recycler.

Ne rêvons pas : toutes les routes ne sont pas réparées ainsi. Ne rêvons pas : même "vertes" , les routes si utiles pour voyager imperméabilisent les sols. Bon évidemment on ne va pas revenir aux chemins en terre et à la locomotion à cheval.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.