7 juillet 1923, chaleur à Paris et baignades dans la Seine
7 juillet 1923, chaleur à Paris et baignades dans la Seine © Gallica BNF

Jacques Chirac l'avait promis en 1988, et voilà que l'idée refait surface : si Paris obtient les Jeux en 2024, certaines épreuves, dont le triathlon auront lieu dans la Seine. Dans la foulée, tout le monde pourra se jeter à l'eau.

Le fleuve n'a jamais été aussi propre depuis 40 ans et les poissons reviennent. Dans les années 1970, il ne restait plus que quatre espèces. Il y en a plus d'une trentaine aujourd'hui.

Ça veut dire qu'on peut piquer une tête ?

Non, car il y a encore trop de bactéries fécales dans la Seine : l'Escherichia coli et les entérocoques. Plus difficile de prononcer leur nom que d'attraper une gastro. Et pour autoriser la baignade, ce critère sanitaire qui compte. Pas tant les traces de pesticides, d'hydrocarbures ou autre métaux lourds. En la matière, le SIAPP, le syndicat intercommunal chargé de l'assainissement estime que les progrès sont immenses. La concentration des bactéries est dix fois moins importante qu'avant, car il y a moins de rejets dans la Seine et ils sont mieux traités. Grâce à des stations d'épuration plus modernes et surtout, les ingénieurs ont fait en sorte que les égouts débordent moins dans le fleuve quand il pleut beaucoup.

Se baigner dans Paris c'est possible pour 2024 ?

L'objectif est "ambitieux mais réalisable", dit l'Agence de l'eau Seine-Normandie, chargée de la qualité de l'eau. On pourrait ajouter : à condition d'y mettre les moyens. Car moderniser les stations d'épurations et mieux stocker l'eau de pluie ça va coûter cher. En plus de ces investissements il faut aussi lancer une enquête pour débusquer les derniers rejets d'eau usée sauvages dans la Seine et aussi trouver une solution pour faire cohabiter baigneurs, bateaux-mouches et péniches.

Si Paris n'obtient pas les JO, le projet de baignade survivra-t-il ?

La mairie de Paris promet que oui. Jeux olympiques ou pas, les Parisiens pourront se baigner dans la Seine en 2024 comme à Bâle en Suisse, où à la sortie des bureaux, on voit des employés se dévêtir, fourrer leur vêtements dans un sac étanche et se jeter dans le Rhin pour rentrer chez eux.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.