Avez vous entendu le chant des oiseaux ?

Les merles paradent.

Ils appellent déjà leur conjointe. Chaque année, les chants d’amour des oiseaux résonnent de plus en plus tôt. Les mésanges sont déjà en train de se défier pour faire tomber le cœur de la plus belle. Le changement climatique conduit les oiseaux sédentaires à se marier et à se reproduire de plus en plus tôt.

hirondelle
hirondelle © Radio France /

Sédentaires : ce sont ceux qui passent l’hiver chez nous. Ils ne sont pas bêtes les oiseaux, ils ont repéré que les insectes étaient volants. Lorsque les températures sont si clémentes que les insectes, organismes à sang froid se réveillent. Ils ne peuvent pas réguler leur température interne sans l’aide des calories, de la chaleur venue de leur environnement, de la température extérieure. Il ne fait pas froid, ils sortent de leur léthargie et pour les oiseaux, la table est servie.

Tant mieux on va voir voler les bébés oiseaux…

Tant mieux pour les oiseaux sédentaires. Ceux qui ne migrent pas ou sur de fables distances. Mais pour ceux qui traversent continents et océans, comme les hirondelles, ça commence à devenir compliqué.

Ils s’en vont parce que en hiver, normalement il n’y a plus d’insectes. Ils ne peuvent plus se nourrir. Ce n’est pas la baisse des températures qui les incite à voler sur des milliers de kilomètres vers l’Afrique.

C’est la crainte de pénurie alimentaire. En Afrique il y a à manger.

Et c’est inscrit dans leurs gènes.

Ils partent. Mais leur date de retour est quasiment inchangée. Et quand ils reviennent le pic de ressources alimentaires est passé.

C’est ce que subit le Gobe Mouche

Il chasse les chenilles pour nourrir ses petits. Si le printemps est trop précoce, les arbres ont déjà fait leurs feuilles, les chenilles se sont régalées et ont entamé leur métamorphose pour devenir papillon.

Par manque de ressource alimentaire la reproduction est compromise. Les oisillons meurent de faim. Beaucoup d’oiseaux migrateurs sont victimes de ce phénomène.

Certains ont commencé à s’adapter.

Le Martinet noir rentre 20 jours plus tôt.

Mais quand on vit en Afrique comment savoir que l’Europe vit un printemps précoce. Ils n’écoutent pas la météo de Marie Pierre Planchon…

Sans compter la crise du logement : ils arrivent alors que les oiseaux sédentaires ont choisi les meilleurs emplacements pour construire leur nid. Désolé c’est déjà occupé ! Allez les piafs rentrez !!!

L'équipe

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.