Il faut cesser d’exploiter les énergies fossiles confirme une nouvelle étude publiée par la revue scientifique [Nature]( La Bourse de Paris hésite (-0,18%) sur la marche à suivre entre pétrole et BCE PARIS, 13 jan 2015 (AFP) - La Bourse de Paris évoluait en léger recul mardi (-0,18%), les investisseurs hésitant sur la marche à suivre entre la chute des prix du pétrole et les interrogations sur un geste de la BCE. A 09H55, l'indice CAC 40 perdait 7,63 points à 4.220,61 points. La veille, il avait gagné 1,18%, tandis que de son côté Wall Street a fini en baisse, affectée par la dégringolade des prix du brut. ). Et c'est logique puisque la combustion du pétrole, du charbon émet du gaz carbonique, gaz à effet de serre. Les experts du climat (GIEC) estiment que nous devons contenir la fièvre de la planète à deux degrés sinon nous déclencherons un chaos climatique.

Si nous voulons tenir cet objectif, le Moyen Orient doit renoncer à exploiter 40% de ses réserves pétrolières. La Chine, le Nord de l'Amérique et la Russie doivent laisser sous terre l'essentiel de leur charbon.

L'an dernier, 565 milliards d'euros ont été dépensés par les entreprises dans la recherche de nouvelles ressources d'énergies fossiles.

Le problème c'est que l'on peut difficilement demander aux pays de renoncer à la manne financière que représente la vente de ces énergies fossiles.

A chaque Sommet de l'ONU sur le climat on entend d'ailleurs ce discours de la part des pays membre de l'OPEP : si vous faites des économies d'énergie pour réduire les émissions de CO2, vous devez nous dédommager financièrement.

Jusqu’à présent ce n'est pas envisagé. Mais l'étude publiée dans Nature estime qu'il faut mettre en place un système au nouveau mondial pour compenser les pertes des pays qui décident de ne pas sucer la planète jusqu'à la dernière goutte.

Et en attendant un accord mondial sur le climat, l'Arctique continue de fondre. La hausse des températures y est deux fois plus importante qu'ailleurs sur la terre. C'est ce qu'on peut lire dans le dernier rapport de l'Agence Américaine Océanique et Atmosphérique. Parce que le continent blanc change de couleur... il est de moins en moins blanc et l'effet albédo qui permet à la neige de renvoyer une partie des rayons du soleil joue de moins en moins son rôle. En s'assombrissant, l'Arctique emmagasine la chaleur et fond encore plus vite.

En Alaska, en janvier 2014, la température a été de 10 degrés plus élevée que la moyenne.

Plus inquiétant encore : la glace ancienne, celle qui mesure au moins 4 mètres d'épaisseur, ne représente plus que 10% des glaciers. Or cette glace est la plus résistante à la fonte.

La minute de la biodiversité

Le poussin de l'Aulia cendré
Le poussin de l'Aulia cendré © Radio France / David Rivera

Et le poussin qui imite la chenille.

François Letourneux de l'Union Internationale pour la conservation de la nature.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.