Classement
Classement © WWF

Le WWF dévoile ce matin le classement des entreprises françaises qui ont le plus d’impact sur la biodiversité.

On parle des ressources naturelles. Il ne s’agit pas de climat ou d’émission de gaz à effet de serre. Il s’agit du bois, du poisson, des forêts, etc…

Le fonds mondial pour la nature a beau dire qu’il ne s’agit pas de dénoncer je cite « les 25 salopards de la nature », c’est tout de même une distribution de bonnet d’âne.

16 matières premières ont été identifiées.

En tête des entreprises qui dévorent tout : Carrefour avec ses achats de bois, de crevettes d’élevages, l’huile de palme. Total pourtant dénoncé comme pollueur n’a d’impact que sur l’huile de palme. Matière première des agro carburants.

En queue de peloton : Michelin et sa consommation d’hévéa.

C’est sûr on ne fabrique pas des pneus avec du poisson.

Dans ce classement les entreprises de distribution sont en tête.

Carrefour, on vient d’en parler, Auchan, Leclerc etc… Vous pouvez objecter que si leur impact est important c’est parce que nous achetons, nous consommons. Il faudrait donc nous serrer la ceinture et cessez de remplir nos caddies. La sobriété n’est pas un défaut mais l’objectif de ce classement c’est surtout de dire aux industriels : vous faites partie du problème de la perte de ressources naturelles, mais vous êtes une partie de la solution. Si vous choisissez d’acheter des produits labellisés. Comme le bois certifié durable : il garantit que la ressource est issue de forêts gérées durablement.

On coupe certes mais avec parcimonie. On replante. Et on ne détruit pas les milieux naturels les plus riches en biodiversité.

On pêche certes mais on épargne les espèces en voie d’épuisement.

C’est la demande qui fait le marché. C’est elle qui peut la détourner des méthodes les plus destructrices de l’environnement.

On mange déjà une fois et demie des ressources que la planète peut produire

Une planète et demie. C’est un drôle de concept. Ça veut dire que l’on dépasse la capacité de la terre à se régénérer.

Mais depuis le temps que les écologistes nous alertent : nous aurions donc déjà du mourir de faim ou victimes de notre addiction aux nouvelles technologies : texto, tweet, smart phone et home vidéo comme on dit en français. Si la planète ne peut plus nous offrir les matières premières, on fait comment ? Elle le fait encore. Mais quand on gère un budget, ce que nous faisons tous, on sait : lorsque l’on entame le capital ça commence à sentir le brûlé.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.