L’Europe a décidé de lever le contentieux avec la France. Elle respecterait désormais la directive sur les nitrates.

Nitrates, algues vertes, eutrophisation des cours d’eau.

Les nitrates sont issus de la transformation des engrais, de l’azote que l’on offre aux plantes dans les champs pour grandir.

Mais si elles ne mangent pas tout, les pluies entrainent les surplus dans les cours d’eau, la mer.

Ce sont des nutriments. D’où la prolifération de la végétation aquatique et les fameuses algues vertes.

En se dégradant sur les plages elles provoquent des émissions mortelles d’hydrogène sulfuré.

Mais l’Europe considère que la France n’est plus mauvaise élève.

Le problème c’est qu’elle évoque je cite «les mesures annoncées et les explications » apportées par la France.

Bref un cortège de bonnes intentions.

Dont l’augmentation des capacités de stockage des effluents d’élevage, ce sont les déjections animales, et la couverture des sols en hiver. Là il s’agit de semer une végétation capable de manger les excès d’azote pour que les pluies ne les emportent pas dans les cours d’eau.

Tout ça c’est sur le papier.

Oui. Ça ne signifie pas que la France ait réglé cette pollution.

C’est son nouveau plan pour la combattre.

Le plus rigolo c’est que ce sont des recettes proposées par les écologistes depuis des décennies. Ils n’avaient donc pas tort.

Mais comme on ne les a pas écoutés à temps les trois quart du territoire français sont désormais déclarés vulnérables aux nitrates.

La prévention coûte moins cher que de ramasser les algues sur les plages bretonnes impactées. Elle évite aussi de dépenser de l’argent dans des traitements couteux pour extraire les nitrates de l’eau distribuée au robinet. ce sont les consommateurs qui paient.

Evidemment les agriculteurs sont mécontents car ils sont les premiers visés et ils considèrent qu’ils ont déjà assez de réglementation à respecter. Mais ce plan nous évite d’être condamné par l’Europe. Si il est appliqué il permettra peut-être de retrouver des eaux claires et pures.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.