Les sédiments des cours d’eau sont pollués par les métaux lourds...

On trouve de tout : du plomb, du cuivre, du zinc, du Nickel du cadmium. Certains de ces polluants sont naturels. Mais la plupart du temps ils ont été apportés par les activités industrielles ou par les épandages d’engrais dans les champs. La pluie les fait ruisseler dans les cours d’eau. C’est le cas aussi pour les sols pollués, ça dégouline dans les cours d’eau.

Cette pollution est bloquée dans les sédiments. Mais évidemment quand on doit faire des travaux dans les cours d’eau le danger c’est de tout remettre en suspension.

D’où ce projet RAMSES..

Alors je disais que ce n’était pas un pharaon. RAMSES est un acronyme : il signifie Remobilisation des métaux dans les sédiments.

L’expérience va se mener dans le centre Loire avec le BRGM, le bureau de recherche géologique et minière. Dans les cours d’eau mais aussi en laboratoire. L’idée c’est déjà d’identifier les métaux : comme si l’on prenait leurs empreintes digitales ou leur ADN. Pour savoir s’ils sont naturels ou issus de la pollution.

Mais quel est l’objectif ?

Cartographier les cours d’eau les plus pollués. Les plus vulnérables : tout dépend de leur débit, de la pente, des méandres et des obstacles : des petits barrages ou seuil qui peuvent accumuler les polluants en amont.

Comprendre comment des sédiments et leur cocktail de polluants remis en suspension se redéposent sur le fond.

Apprendre à les y piéger de manière durable. On ne fera pas le ménage, on ne dépolluera pas.

Mais surtout, informer les aménageurs. Comme ne pas creuser trop profond, ce qui risque de remettre la pollution en suspension dans l’eau. Des conseils pour les travaux sur les berges. Bref faire en sorte que l’activité humaine ne libère pas la pollution.

Alors il y a 270 000 kilomètres de cours d’eau en France. Donc il y a du boulot !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.