L'association de sauvegarde des moulins à eau dénonce : assurer la continuité écologique reviendrait à combattre la morphologie actuelle des rivières qui est l'héritage de plusieurs siècles. Et à détruire des moulins ou en tout cas à supprimer les canaux de dérivation qui empruntent de l'eau aux rivières pour la restituer en amont, après NE PAS avoir fait tourner la roue bien souvent puisque les roues ont la plupart du temps été démontées.

Moulin à eau
Moulin à eau © Gabor Eszes - Wikimedia Commons

L'office national de l'eau et des milieux aquatiques estime que près de 60 000 barrages, écluses, moulins barrent les rivières de France. Dont 2 000 seulement servent à la production d'électricité : ceux là à priori on n'y touchera pas. Mais pour les autres, un inventaire est en cours pour estimer leur nocivité et décider de la méthode à adopter pour les effacer.

Ils ne sont pas seulement accusés de bloquer la migration des poissons mais aussi de favoriser l'accumulation des sédiments et des polluants en amont des moulins.

Les protecteurs des moulins remarquent que pendant des siècles les poissons se sont accommodés des moulins... cela les a moins dérangé que de barboter dans une eau de plus en plus polluée par les rejets domestiques et les pollutions agricoles.

Quant à l'accusation de pollution, si on était un peu logique on s'attaquerait à la prévention, à la réduction des pollutions, à la cause et pas aux effets : si les moulins concentrent la pollution dans les sédiments ce n'est pas eux qui polluent !

Nous allons donc inventer les moulins à eau sans eau... Les moulins à sec ! Avec des conséquences sur ce patrimoine historique. Car assécher ces rives et ces pierres qui depuis des décennies ont les pieds dans l'eau risque de fragiliser les bâtiments. Ils vont se fissurer.

La minute de la Biodiversité

Et les aires marines protégées.

Leur congrès ouvre demain et pour une semaine à Marseille.

IL y en a une centaine en méditerranée. Elles sont efficaces pour protéger la reproduction des espèces. Mais le sont-elles pour ensemencer la mer ? Réponse avec François Letourneux de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.