coucou je suis un saumon OGM
coucou je suis un saumon OGM © advantage

Une première mondiale : un saumon Génétiquement modifié est autorisé à la vente pour l’alimentation humaine aux Etats-Unis.

« SauMonstre » ! Les écologistes américains lui ont donné ce surnom : pour eux ce saumon est un monstre.

C’est le premier animal génétiquement modifié autorisé pour la consommation humaine aux Etats-Unis.

Après 20 ans de bataille, de demandes rejetées, il va pouvoir débarquer dans les assiettes.

L’agence américaine de l’alimentation estime qu’il n’y a aucune différence avec le saumon non OGM : ni pour le goût, ni pour les protéines, les lipides, les glucides. C’est d’ailleurs pour cela qu’il ne sera pas étiqueté OGM : les consommateurs ne seront pas avertis. Les associations comptent porter plainte.

Bon appétit.

Mais quels sont les gênes qui ont été introduits dans ce « SauMonstre », ce saumon atlantique génétiquement modifié ?

Deux gênes. Le premier est un gêne de croissance emprunté au saumon du Pacifique, le plus gros de l’espèce. Le Le deuxième vient d’une espèce d’anguille qui vit dans des eaux très froides. Cela permet au saumon OGM de continuer à grossir en hiver quand les autres se mettent en pause à cause de la baisse des températures.

Voilà il est dopé notre « SauMonstre » : il grandit deux fois plus vite, 18 mois au lieu de 3 ans, tout en mangeant 25% de nourriture en moins que ses homologues non manipulés.

La société qui le commercialise, Aquadvantage, a un autre argument de vente : il serait le seul saumon respectant les principes de l’environnement durable.

Quels sont les risques pour l’environnement et quel est l’intérêt pour le consommateur ?

Pour le consommateur ? Je n’ai pas trouvé. Mais pour les entreprises, l’avantage économique est évident : un saumon qui grandit plus vite garanti des rendements et des ventes plus importantes. Et donc des sous.

Pour l’environnement le risque a été très vite identifié : si ces saumons OGM étaient élevés en mer, malgré les filets, il y a aura des évasions, c’est inévitable. Et ils pourront se reproduire avec des espèces sauvages. Avec le risque de peupler la mer de « Saumonstres » dont l’appétit risque de vider les océans.

Ce risque a été identifié immédiatement et les industriels y ont répondu très vite : les élevages seront hors mer, sur terre, dans des bassins à 1 500 mètres au dessus du niveau de l’océan. Pas de risque d’évasion accidentelle disent ils. Mais bon, quand on se rappelle qu’en juin dernier un bébé brebis OGM élevé en France par l’INRA s’est retrouvé dans le circuit commercial…et a été mangé par des humains. Ça ne rassure pas sur les mesures de sécurité.

Mais nous européens devions être protégés : la commercialisation des animaux OGM pour l’alimentation humain est interdite dans l’UE.

Allez bon appétit pour ces fêtes de fin d’année !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.