La couleur du ciel et les aléas météorologiques ont des effets sur les émissions de CO2

Gaz d'échappement et soleil affectent particulièrement l'ozone pendant les périodes caniculaires
Gaz d'échappement et soleil affectent particulièrement l'ozone pendant les périodes caniculaires © Getty / Sylvain Sonnet

La canicule que nous supportons n’en aura pas beaucoup. A part les bureaux qui sont plus ou moins bien climatisés, le taux d’équipement des ménages en climatiseurs est assez faible. La consommation d’énergie ne devrait pas faire un bond, et les émissions de gaz à effet de serre non plus.

Mais depuis 3 ans sur la planète les émissions de CO2 sont stables ! Mais pourquoi ?

D’après une étude du CNRS et de l’INSU, sur 25 ans et dans plusieurs pays, la météo influe sur le réchauffement climatique. Prenons la France. En 2014 la douceur de l’hiver et du printemps a fait diminuer les émissions de gaz à effet de serre de 6%. Vous allez me dire : normal, le chauffage était inutile.

Oui mais cette année-là, sur toute la planète les émissions de CO2 ont fait une pause. Alors que l’activité économique était soutenue.

Le pétrole n’était pas cher. Beaucoup de pays ont réduit leur consommation de charbon et accru le développement des énergies renouvelables.

Mais là avec la canicule notre problème ce n’est pas le CO2...

Non c’est l’ozone. Rien à voir avec la couche qui nous protège des rayons du soleil les plus nocifs. Elle est perchée à 50 kilomètres d’altitude.

Là il s’agit de pollution locale : gaz d’échappement issus du trafic automobile et soleil égal ozone. Elle est produite par les agglomérations, Strasbourg, Lyon, Paris. Mais elle voyage. Elle affecte les zones rurales environnantes.

A Paris, la mairie a demandé à la préfecture la mise en place de la circulation différenciée, elle permet de retirer de la circulation les voitures les plus polluantes. Mais la préfecture a dit non.

L’ozone peut provoquer une réaction inflammatoire des bronches, et entraîner des lésions du tissu pulmonaire.

Une alternative : cessez de rouler ou cessez de respirer.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.