La voie d’eau fait le point sur les quantités transportées aujourd’hui.

C'est un tansport qui libère les routes.

Selon son gabarit une péniche remplace entre 15 et 220 camions. Vous savez Patrick, ces camions que l’on peine à doubler et qui créent des embouteillages.

Sans compter la pollution. Les péniches ne sont pas alimentées à l’eau claire mais au fuel pourtant elles polluent moins. Elles émettent deux à trois fois moins de gaz carbonique qu’un camion.

Elles roulent entre guillemets moins vite 10 kilomètres à l’heure. Pas ou peu d’accidents. Ils sont exceptionnels. Mais cette lenteur nécessite d’anticiper les commandes pour les recevoir à l’heure. Même si il n’y a pas d’embouteillage sur les voies fluviales.

Ces avantages devraient placer le fret fluvial en tête

Ce n’est pas le cas. Il ne représente que 4% du marché du transport de marchandises.

Ce n’est pas le liquide qui manque : la France compte 8 500 kilomètres de cours d’eau capables d’accueillir des péniches. Il y a des autoroutes fluviales : le Rhône, la Seine, la Moselle pour les grands gabarits.

L’an passé le transport a subi une légère baisse. Les céréales représentent la moitié des marchandises. La récolte ayant été noyé par un printemps diluvien, les rendements ont a été moins bons. Il y avait donc moins de grains à transporter. Moins 15%.

« La voie d’eau permet de tout embarquer » rappelle Eloi Flipo, responsable du FRET fluvial de Voies navigables de France.

Sable, gravier, véhicules, produits chimiques pour les industries.

Et de plus en plus de nouveaux marchés s’ouvrent : les ordures ménagères, les déchets de chantier, des pales d’éolienne… on imagine combien un engin pareil est encombrant s’il prend la route posé sur un camion estampillé de l’avertissement « convoi exceptionnel ». Sur la voie d’eau ça passe inaperçu.

On comprend mal comment la voie d’eau ne soit pas plus utilisée. Sans doute une question de manutention. Un camion serait plus facile à affréter, à remplir.

Dommage dans un pays qui vante son modèle de transition énergétique.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.