Le ministère de l’environnement a ouvert une consultation sur Internet : on nous demande notre avis sur notre avenir énergétique.

Ce n’est pas souvent… il faut en profiter. Je vais casser votre intérêt tout de suite, ça ne servira à rien. Cette consultation sur Internet est une obligation légale mais quelque soit votre avis et les conclusions majoritaires le gouvernement n’est pas obligé d’en tenir compte.

Vous trouverez tout de même le lien ici si vous voulez contribuer.

De quoi s’agit il ? De la PPE, la loi de programmation énergétique. Née de la loi sur la transition énergétique votée il y a un an. Cette loi dont la France se vante : elle serait respectueuse de l’accord de Paris pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Cet accord est au centre de la réunion de l’ONU d’aujourd’hui à New York.

Et la France tellement heureuse d’avoir obtenu un accord se dit exemplaire. Sauf que c’est loin d’être le cas.

Les objectifs sont fixés : baisser de plus de 20% la consommation d’énergie fossile - gaz pétrole charbon- Multiplier par deux la production des énergies renouvelables.

Augmenter la sobriété énergétique, en isolant les logements.

Avec à la clé la création de 280 000 emplois.

Ça c’est sur le papier. Mais sur les moyens d’atteindre ces objectifs c’est flou.

Sur le papier aussi : la réduction de 50% de la part de l’énergie nucléaire.

En 2025 c'est-à-dire demain. D’après la cour des comptes il faudrait fermer jusqu’à 20 réacteurs pour y arriver. Quand on voit le feuilleton interminable sur Fessenheim -la doyenne des centrales nucléaires -condamnée à mettre la clé sous la porte par François Hollande au début de son mandat, il y a de quoi s’interroger.

Et pourtant, bonne nouvelle : nous sommes de plus en plus sobres. La consommation d’électricité stagne en France. Elle a diminué de 6% en Europe. Si la consommation baisse le prix va chuter. Si c’est le cas comment financer la cure de jouvence des réacteurs nucléaires ?

Ces réacteurs dont EDF veut prolonger la vie.

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.