Deux loups gris
Deux loups gris © CC Pernmith

"Grand père, que vous avez un grand fusil : c’est pour mieux t’abattre mon gros loup".

32 loups ont été officiellement abattus sur un quota de tir de 36 . Sans compter le braconnage qui tue en toute discrétion. Le loup est pourtant une espèce protégée, mais au nom de la défense des brebis, la France a autorisé les tirs et s’apprête à allonger la liste : 15 loups à abattre en plus.

L’abattage n’est plus l’apanage des fonctionnaires. Les chasseurs peuvent inscrire la bête à leur tableau de chasse.

Depuis qu’il est revenu en France en 1992, le loup sème la panique dans les élevages

C’est vrai le loup n’est pas un agneau mais les chiens errants non plus. Ils aiment bien donner des coups de dents dans un troupeau. On crie au loup avant même d’avoir vérifié que c’est bien lui qui a tué. Quand il est innocenté on ne crie pas au chien. Et le doute, dans 60% des cas on ne sait pas qui du chien ou du loup est coupable , le doute bénéficie aux éleveurs. Ils sont dédommagés. Un million d’euros versés l’an passé. "Je n’élève pas des brebis pour nourrir le loup" disent les éleveurs. Le contribuable pourrait répondre : "puisque ce sont mes impôts qui vous rétribuent, à cause du loup à cause des subventions agricoles, j’ai le droit de choisir qui va croquer la brebis : le loup dans la montagne ou moi dans mon assiette".

"Les éleveurs n’élèvent pas des brebis mais des subventions" commente Pierre Athanaze, le Président de l’association ACTION NATURE.

Les éleveurs se disent garants de la protection des paysages

Ça a été le cas pendant des décennies. Mais depuis les années 90, la filière ovine se débat dans des difficultés économiques qui n’ont pas attendu le retour du loup pour la mettre à terre. Baisse de la consommation de viande, augmentation des importations. Le nombre d’éleveurs s’est effondré. Y compris en plaine alors que le loup n’y était pas présent. Les troupeaux sont devenus de plus en plus gros. Un berger doit surveiller 1300 bêtes contre 300 il y a moins d’un siècle . La pression sur la montagne est de plus en plus importante : le nombre d’espèces de plantes ne dépasse pas la dizaine sur les espaces pâturés par les brebis. Contre 100 à 200 sur les pistes de ski.

Au début de cette année il y avait 280 loups en France. C’est trop disent les éleveurs de brebis.

Logo action nature
Logo action nature © radio-france

Les défenseurs du loup appellent à une manifestation mi janvier.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.