Un petit ogre ?
Un petit ogre ? © N Fontrel

L'impact de l'appétit des chats sur la biodiversité.

C'est l'animal préféré des Français : le chat. On compte 12 millions de petits félins dans les foyers. Mais le chat est un redoutable prédateur. Pour évaluer les dégâts qu'il cause à la biodiversité, le Muséum National d'Histoire Naturelle lance une enquête participative sur Internet. Observez le comportement de votre animal, comptabilisez le nombre de proies qu'il rapporte à la maison. Et si vous voulez aller plus loin, votre compagnon pourra être équipé de traceurs GPS pendant quelques jours ou de caméras miniaturisées. Il s'agit de mieux connaitre son territoire et son comportement de prédation. Car même bien nourri, le chat chasse. Et bien souvent il ne mange pas ses proies.

On connait son appétit pour les rongeurs. C'est d'ailleurs pour cette raison que les agriculteurs du Moyen Age lui ont ouvert les portes de leur ferme pour veiller au grain : pour protéger leur récolte de céréales. Mais il tue aussi des insectes, des oiseaux. On estime que plus de 50 espèces peuvent figurer à son menu en Europe Occidentale. .

Il y a 25 ans , des scientifiques anglais ont mené l'enquête dans le village de Felmersham. 70 chats cajolés par leur propriétaire.

Chaque chat rapportait 14 proies par an. Souris, campagnols, musaraignes, - ces dernières sont très utiles aux jardiniers car elles mangent des insectes- . Les chercheurs ont estimé que cette prédation réduisait de 30% la population de ces oiseaux.

En extrapolant à toute l'Angleterre, les scientifiques ont estimé que les 6 millions de chats tuaient 24 millions d'oiseaux par an.

Les chiffres ont été contestés par les amis des animaux et les vendeurs de croquettes et autres pâtées.

Ils sont peut-être surévalués. Mais une autre étude réalisée aux Etats Unis a montré que les 160 millions de chats américains croquaient jusqu'à Trois milliards et demi d'oiseaux par an.

Si on applique les mêmes règles de calcul à la France, les chats français mangeraient 60 millions d'oiseaux chaque année. Dont beaucoup sont des espèces protégées par la loi.

L'enquête participative du Muséum va permettre d'affiner les chiffres.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.