Galerie de lisaison dans le laboratoire de Bure
Galerie de lisaison dans le laboratoire de Bure © Philippe Demail /

Quand on met un déchet nucléaire dans un trou est il souhaitable d’aller le rechercher ?

C'est le dernier rapport sur l’enfouissement des déchets hautement radioactifs sur le projet Ciégo à Bure dans la Meuse.

Quand vous enterrez un "truc" indésirable, vous faites en sorte qu’il reste dans son trou. Que personne ne puisse aller le rechercher.

Et bien les déchets nucléaires eux sont désirables.

La loi impose que ce stockage à 500 mètres sous terre soit réversible. Que l’on puisse à tout moment aller les chercher, les exhumer pour les traiter différemment.

Le cimetière doit être réversible c’est la loi.

Au début ce n’était pas gagné.

Les techniciens expliquaient que pour qu’une porte soit étanche, elle ne doit plus s’ouvrir, elle doit être à jamais fermée. Pour confiner la radioactivité.

Et aujourd’hui L’agence nationale des déchets radioactifs assure qu’elle pourra à tout moment ouvrir les portes.

Oui L’Andra vient de publier un rapport sur ce sujet.

L’enjeu c’est de permettre aux générations futures de retirer les colis de déchets du sous sol, si jamais elles trouvent une meilleure solution pour les rendre inoffensifs.

Je vais vous planter le futur décor.

Des galeries à 500 mètres sous terre. C’est presque deux fois la hauteur de la tour Eiffel.

Un chemin de 15 kilomètres de long. Avec des alvéoles - comme des nids creusés dans la roche - pour y enfermer les colis de déchets.

Ils représentent 4% de la radioactivité produite en France. Mais ils seront actifs pendant des millions d’années.

Ils sont les plus dangereux.

L’ANDRA affirme que la réversibilité du stockage est possible pendant la centaine d’année d’exploitation de Cigéo. Le temps qui sera nécessaire pour mettre les colis dans le trou. Et les sortir si l’on trouve une autre solution.

Nos petits enfants vont peut être trouver la solution pour les rendre inoffensifs ?

C’est un pari sur l’intelligence humaine. Qui se bat tout de même contre les intérêts économiques. Il faut que ça coûte le moins possible.

Les déchets, on ne veut pas les voir. Qu’ils soient radioactifs ou ménagers. Et c’est moins onéreux de les enfouir sous terre. Vous voyez c’est comme la poussière qu’on cache sous le tapis.

Et quand même sachez que l’on sorte du nucléaire ou que l’on y reste, ces déchets radioactifs là, issus de notre consommation depuis le début du programme électronucléaires il faut s’en occuper.

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.