Aujourd’hui débute la semaine du son.

Vous êtes chez vous tranquillement et tout à coup :

C’est votre voisin. Il a poussé le son. Pour lui c’est de la musique, pour vous c’est du bruit. C’est souvent ainsi : le son des uns est considéré comme une nuisance sonore par les autres.

Le double vitrage qui permet de conserver la chaleur et de s’affranchir des bruits de la circulation fait émerger les sons internes comme cette femme qui devrait retirer ses chaussures en rentrant chez elle par égard pour les oreilles de son voisin du dessous.

Nous ne sommes pas égaux devant le bruit.

Certains s’en moquent d’autres y sont très sensibles au point de souffrir de trouble du sommeil, de stress, de problèmes cardiovasculaires … pour eux c’est une vraie souffrance.

Pour le président de la semaine du son l’acousticien Christian Hugonnet nous baignons dans une ambiance sonore perpétuelle. Et elle est compressée vers le haut pour être entendue y compris ici sur Inter. On ne peut plus chuchoter sinon on est inaudible.

La législation sur les troubles de voisinage ne concerne que les commerces, comme un restaurant ou un bar. Si votre voisin écoute la radio trop fort vous n’avez pas de recours. A moins qu’il ait modifié son appartement en remplaçant la moquette par exemple par du carrelage, d’où les bruits de pas de la dame. Mais là vous avez un recours.

Quant au tapage nocturne, 10 heures du soir à 7 heures du matin, pas de texte de loi non plus mais généralement quand on appelle la police, elle a le pouvoir de couper le son.

Mais que faire quand un voisin est bruyant ?

Agir tout de suite ne pas attendre d’être excédé parce que sinon la rencontre va être … bruyante. Vous allez vous énerver. Alle r tout de suite voir votre voisin avec un grand sourire pour lui expliquer que ce qu’il considère comme un son est un bruit pour vous. Le bruit est classé en troisième position dans les nuisances, derrière la pollution de l’air.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.