Samedi soir les terriens sont invités à éteindre la lumière pendant une heure.

A 20 heures trente on éteint les lumières. Même la Tour Eiffel joue le jeu et dans le monde entier plusieurs monuments vont mettre la lumière sur l’extinction des feux. Lors de la première manifestation le réseau de distribution de l’électricité a frissonné : si tous les français éteignent en même temps, d’un seul coup, la consommation va chuter brusquement. L’impact sur les moyens de production peut-il aller jusqu’au black-out ? Mais non. La baisse de la consommation ne se voit même pas. Soit les français laissent les lumières allumées, soit le réseau anticipe cette baisse de demande électrique et s’adapte. On ne sait pas.

Cette opération de sensibilisation à la protection de la planète et à la lutte contre le réchauffement climatique devient pourtant populaire.

Nous sommes baignés de lumière y compris la nuit

Les premiers à s’en plaindre ont été les chercheurs d’étoiles. Les astronomes professionnels ou amateurs n’y voient plus rien. Le halo lumineux qui entoure la terre la nuit les empêche de voir le ciel.

L’éclairage public n’est pas leur ami. D’autant qu’il est largement vétuste et éclaire plus vers le haut que vers le bas. Vers le bas on pourrait comprendre, c’est pour nous éviter de nous casser la figure. Mais certaines communes ont décidé soit de supprimer l’éclairage publique soit de le restreindre.

Il s’agit de faire des économies d’énergie.

L’éclairage public représente en moyenne 42% des dépenses électriques des communes d’après l’ANPCEN, l’association pour la protection du ciel.

Elle lance chaque année un concours pour inciter les communes à éteindre ou réduire l’éclairage. 570 communes ont été labellisées « villes et villages étoilés ». Supprimer l’éclairage public n’a pas de conséquence sur la sécurité routière. Au contraire, les automobilistes lèvent le pied, roulent moins vite.

Pas d’incidence sur les cambriolages non plus. Ils ne sont pas plus nombreux.

Le concours vient d’être ouvert. Vous avez jusqu’en septembre pour vous inscrire. En attendant samedi éteignez la lumière !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.