La pollution de l’air peut avoir des impacts sanitaires à long terme.

Lyon, France
Lyon, France © Getty / Jean-Pierre Pieuchot

Nous sommes à Londres en 1952. En décembre. La température chute brutalement. On gèle. Les habitants se chauffent massivement au charbon. Les conduits de cheminée crachent des fumées toxiques. Elles  créent un smog, un brouillard de dioxyde souffre.
Pendant une semaine, c’est presque la nuit sur Londres. On n’y voit pas grand-chose. Et surtout on s’empoisonne. Cet épisode a provoqué la mort de 12 000 personnes.
Des hommes et des femmes souffrant déjà de pathologie mais l’air pollué a précipité leur décès.

Et plus de 60 ans plus tard, on peut encore mesurer les effets de cette pollution.
Cet héritage a été constaté par des chercheurs américains. Ils ont étudié le carnet de santé de près de 3 000 Londoniens tous petits lors du grand smog de Londres.
Résultat : près de 20% de pathologie asthmatique en plus pendant leur enfance.  9% à l’âge adulte. Y compris chez les enfants qui étaient encore dans le ventre de leur mère pendant la pollution.

Pour les scientifiques, cela signifie que ce nous respirons aujourd’hui aura des effets sanitaires pendant des décennies.

Mais l’air est quand même beaucoup plus respirable. La qualité de l’air s’est très nettement améliorée à Londres et en France. Les industries urbaines ont fermé. Le chauffage est moins polluant. Ce sont les voitures thermiques qui ont pris la place de ces méchants cracheurs de fumées.

Nous respirons  aujourd’hui des particules émises par les moteurs diesel. N’en déplaise au ministre de l’économie Emmanuel Macron, le moteur propre n’existe pas. Cet été il a vanté les mérites des nouveaux moteurs  diesel. Il y a deux ans, lors de la conférence environnementale le premier ministre Manuel Vals avait déploré que l’Etat favorise ce type de carburant. Ils ne sont pas d’accord.

Quelle  soit alimentée par de l’essence ou du gazole la voiture pollue. Et quand il fait beau et chaud comme aujourd’hui, les capteurs d’air risquent de virer au rouge.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.