Femelle balbuzard
Femelle balbuzard © RTE

Le balbuzard pêcheur filmé en direct sur Internet : c’est l’opération lancée par le Réseau de transport de l’électricité.

Et le voilà le rapace. Avec son mètre 70 d’envergure d’ailes. Il se pose sur son nid construit au sommet d’un pylône d’une ligne à très haute tension. Dans ses serres : un poisson qu’il se met à déguster tranquillement.

Perché à 30 mètres de haut.

Il a décidé le rapace. Il avait disparu de France : c’est toujours la même histoire les pêcheurs trouvaient que le balbuzard pêchaient beaucoup mieux qu’eux, ils en ont tué autant qu’ils pouvaient.

L’usage du DDT pesticide aujourd’hui interdit a fait le reste.

Mais l’oiseau est revenu et il a choisi de nicher sur les lignes électriques en Sologne et dans la forêt d’Orléans.

Des lignes à 225 000 volts !

Quand ils ont constaté le risque, RTE et le muséum d’histoire naturel ont décidé de déplacer les nids puis d’installer des nacelles. Pour sécuriser la nidification. Eviter l’électrocution.

L’oiseau revient d’Afrique en mars pour assurer sa reproduction, il a trouvé les nacelles à son goût : remplies de branches puis d’herbes pour que ce soit plus douillet. Il y a élu domicile.

Une vingtaine de nids sont occupés.

Et pour mieux connaître le comportement de l’espèce, deux nids ont été équipés de caméras alimentées par des panneaux solaires.

De l’énergie renouvelable sur des lignes alimentées par le nucléaire c’est tout même pas commun.

Les ornithologues sont ravis : ils peuvent espionner le rapace en direct. L’oiseau est très vigilant. On ne peut pas l’approcher : au-delà de 300 mètres il décolle. Et pendant la nidification ne plus couver les œufs peut compromettre la naissance des petits.

Là il est filmé 24 heures sur 24. Sans être perturbé.

Le Réseau de Transport de l‘électricité est donc devenu écolo !?

RTE gère 105 000 kilomètres de lignes à haute et très haute tension.

90% d’entre elles sont plantées dans des milieux naturels. « Les rapaces ne souffrent pas de techno phobie » remarque François Fiancette en charge du programme pour RTE. Ils se moquent aussi de l’esthétique.

Et d’après lui protéger les espèces fait partie des responsabilités d’un industriel pour réduire ses impacts sur le milieu naturel. Cet ingénieur de formation est devenu perméable à l’enjeu : le balbuzard est une espèce sentinelle : s’il est revenu c’est que le milieu naturel et son menu préféré, le poisson, vont mieux. Allez donc voir le balbuzard en direct sur Internet.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.