Un perturbateur en endocrinien que l’on retrouve dans beaucoup de cosmétiques.

Vous relayez ce matin l’appel de scientifiques internationaux pour interdire le Triclosan.

Vous allez regarder votre dentifrice et votre crème de beauté de travers. Cette substance est un anti bactérien que l’on retrouve dans une majorité de produits d’hygiène. Mais aussi sur des objets comme les ustensiles de cuisine, les jouets. Les chercheurs doutent de sa capacité anti bactérienne, redoutent qu’il favorise l’émergence de bactérie résistante.

Et c’est un perturbateur endocrinien.

Oui. Il est aussi soupçonné d’être un cancérigène potentiel.

Mais il n’y a pas que ça. Ce produit est apparu en 1970 et on ne compte plus les études scientifiques sur ce produit. Une étude américaine sur des souris a montré qu’il avait un impact sur le muscle cardiaque. Les souris ont été exposées à des doses équivalentes à celles qui exposent les humains. Ni plus ni moins.

Une autre étude américaine a observé que le produit peut traverser la peau et les muqueuses. Ils en trouvé dans 75% des échantillons d’urine analysés.

Il n’épargne pas le milieu naturel : on en trouve dans les cours d’eau.

Il n’est pas étiqueté sur les produits.

Et non il ne faut pas rêver. L’Europe a pris une réglementation pour réduire les doses : pas plus de 0,3% dans les dentifrices par exemple.

Mais personne ne contrôle.

Les scientifiques craignent également l’effet cocktail : nous sommes exposés à tellement de produits chimiques de synthèse. Ils peuvent se combiner, se marier entre eux, et former d’autres molécules peu sympathiques.

On attend toujours que L’Europe définisse la liste des perturbateurs endocriniens. La semaine dernière, Nicolas Hulot ministre de la transition écologique, a récusé le texte mis sur la table. Pas assez ferme selon lui

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.