ours Pyrénéen
ours Pyrénéen © CC Frédéric SALEIN

C'est le bilan de l'Office National de la chasse et de la faune sauvage qui vous suggère cette réflexion. D'après les données de l'année 2013, les dégâts des ours sur les troupeaux sont en forte baisse.

Moins 38% alors que la population d'ours augmente : 24 plantigrades ont été détecté.

« Plus d'ours dans les Pyrénées et moins de dégâts ! » c'est le commentaire de l'association Pays de l'Ours qui milite pour leur protection et pour la réintroduction de nouveaux individus.

Elle estime que c'est la preuve que les mesures de protection des troupeaux sont efficaces.

Les chiens de protection, les fameux Patous, prennent le troupeau pour leurs propres enfants et le défendent contre les prédateurs.

A condition toutefois de regrouper les bêtes pendant la nuit. Et de ne pas les laisser seules : la présence humaine assure une meilleure efficacité.

Les clôtures souples permettent de contenir les bêtes.

Ces dispositifs sont financés par le programme "Ours" de l'Etat français.

Il y a tout de même eu 172 bêtes tuées l'an passé.

Ce qui fait dire aux éleveurs que la cohabitation entre l'élevage et le prédateur n'est pas de tout repos.

Argument souvent entendu : « on n'élève pas nos brebis pour qu'elles finissent dans la gueule de l'ours. »

Il y a pourtant un travail pédagogique autour de l'animal. Pour la septième année consécutive, l'association Férus lance sa campagne "Paroles d'ours". Elle fait appel à l'éco bénévolat.

Sachez tout de même que pour aller porter la parole de l'ours dans les Pyrénées, vous devrez adhérer à l'association. La campagne se déroulera du 16 juin au 22 août.

On attend le nouveau plan ours du gouvernement cette année.

Promesse de Philippe Martin l'ex ministre de l'écologie lors d'une réunion avec les associations favorables à la présence de l'ours. Elles en ont profité pour remettre au ministre deux demandes d'autorisation de lâcher d'ours. Elles estiment que la population est trop fragile pour assurer la survie de l'espèce.

La minute de la biodiversité.

Et un bilan noir pour les oiseaux marins cet hiver. Les tempêtes ont fait de gros dégâts comme l'explique François Letourneux de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.