140 Etats ont effet adopté la convention sur le mercure. L'objectif étant de réduire la pollution par ce métal toxique pour les êtres vivants comme l'a prouvé la catastrophe de Minamata au Japon dont les habitants ont été contaminés par les rejets d'une usine voisine. C'est d'ailleurs à Minamata que le convention sera ouverte à la signature en octobre prochain. Cet accord ne signifie pas la fin de la pollution. Nous avons largué tellement de mercure dans l'environnement que l'héritage empoisonné sera encore durable. Le mercure est naturellement présent dans le sol. La déforestation qui favorise le lessivage des sols a déversé 260 tonnes de mercure dans les lacs et les rivières. Dans les pays développés le mercure est interdit dans les thermomètres. Mais il y en a dans certains types de lampes basse consommation, d'interrupteurs ou encore dans les piles.Les principales sources de pollution sont ailleurs : ce sont les centrales électriques à charbon, les hauts fourneaux, les cimenteries.

Toute la planète est concernée

Dans les océans, la concentration de mercure dans les eaux profondes a augmenté de 25% avec le risque de contaminer les poissons et à terme les hommes. A Minamatac'est en mangeant du poisson que les habitants se sont intoxiqués. Officiellement, 13.000 personnes, dont 900 sont décédées, ont été victimes des 400 tonnes de mercure déversées dans la baie entre 1932 et 1966.Une forte exposition au mercure peut nuire au système humanitaire, provoquer des troubles digestifs, reproductifs, des atteintes au système nerveux, aux reins... Il y a donc urgence sanitaire. Pourtant, la convention Mercure va prendre son temps. L'extraction minière de mercure sera interdite en ... 2 025. Interdiction en 2020 pour les produits utilisant du mercure comme les lampes basses consommation . Mais les pays ont le droit de repousser cette échénace de deux fois 5 ans... ce qui nous emmène à 2030. Ce qui est également préoccupant, c'est que la convention n'interdit pas les amalgames dentaires. Première source d'exposition des hommes. Elle ne dit rien sur l'orpaillage qui utilise le mercure pour exploiter de l'or. Et pas grand chose sur les émissions des usines qui brûlent du charbon.

LA MINUTE DE LA BIODIVERSITE

Sale temps pour les oiseaux !Ils ont l'air bien dodus en hiver et pourtant, ils ont faim. François Letourneux de l'Union internationale pour la conservation de la nature détaille la stratégie des piafs pour conserver leur chaleur.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.