La SFEN , la Société française d’énergie nucléaire publie un livre blanc sur la cohabitation entre l’atome et les énergies renouvelables

Jusqu’à présent c’était plutôt la guerre. Le nucléaire regardait le vent, le soleil avec un sourire en coin du genre « cause toujours tu ne m’intéresses pas». Et là il parle de la cohabitation entre les deux énergies. « On voit la montée des énergies renouvelables » reconnait Valérie Faudon porte-parole de la SFEN. Elles sont de plus en plus compétitives. On ne peut pas les exclure du mix énergétique, autant s’entendre. Mais on ne peut pas non plus se passer de l’atome d’après la SFEN. Une énergie bas carbone.

Elle émet quand même du gaz carbonique

Oui le cycle de vie n’est pas neutre. De sa naissance à sa mort une centrale émet en moyenne 15 grammes de CO2 par kilo watt heure. Contre 378 pour l’Allemagne qui utilise essentiellement du charbon. En comptant l’extraction le transport du combustible, la fabrication du réacteur et sa déconstruction. Encore que là on nage en pleine inconnue on ne sait pas ce que coûtera exactement le démantèlement des centrales nucléaires. L’atome est sobre en carbone.

Si vous voulez voir les émissions de CO2 en temps réel en Europe foncez sur le site du Sept Neuf. Je vous ai mis en lien electricitymap. C’est très instructif.

Le nucléaire va devoir s’adapter à la montée en puissance des énergies renouvelables.

Une révolution. Il devra être de plus en plus souple pour les accepter.

Les énergies renouvelables sont prioritaires sur le réseau. Il faudra réduire la production nucléaire ou l’exporter. En ce moment EDF diffuse une publicité pour dire comment elle est l’amie des renouvelables. Et comment elle participe à leur financement. Je vous dis c’est une lune de miel après des années de guerre.

Mais il y une chose sur laquelle on ne réconciliera pas les écolos et l’atome : le risque et les déchets nucléaires.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.