La centrale de Cruas
La centrale de Cruas © Fred-Niro

Et si Et si Et L’atome, l’énergie nucléaire peuvent ils sauver le climat ?

A chaque Sommet climat – je rappelle qu’il y en a un chaque année depuis bientôt 21 ans- le nucléaire tente de rentrer par la porte, la fenêtre, le soupirail. Pour affirmer que cette énergie bas carbone doit faire partie des solutions pour maintenir la hausse des températures à deux degrés. Le réseau Sortir du Nucléaire vient de porter plainte auprès du Bureau de Déontologie de la publicité contre la campagne de communication d’EDF, l’un des partenaires et financiers du sommet de Paris. Cette campagne est présente sur Internet pour vanter les mérites de l’atome qui serait un outil de lutte contre le réchauffement climatique.

La centrale de Cruas
La centrale de Cruas © Fred-Niro

Il n’y a pas qu’EDF : la SFEN, la société française d’énergie nucléaire vient de créer un site Internet international « nuclear for climate » pour expliquer que le nucléaire est un atout pour le climat. Ce qui va suivre sont des citations : je précise que je suis un médiateur par une militante. Sur l’ensemble de son cycle de vie construction, exploitation, démantèlement l’atome ne produirait que 15 grammes de gaz carbonique par kilo watt heure. L’équivalent de l’énergie éolienne. 30 fois moins que le gaz. 60 fois moins que le charbon. La SFEN se réfère au rapport du GIEC, les scientifiques du climat : dans 35 ans, 80% de l’électricité doit provenir de moyens de productions sobres en carbone. Energies renouvelables et … n’oubliez pas le nucléaire dit la SFEN. Elle réclame l’accès aux financements internationaux pour la lutte contre le changement climatique au même titre que le vent, le soleil, la géothermie. Selon elle il faut aussi financer le nucléaire.

Campagne de communication contre campagne de com : celle du Réseau Sortir du nucléaire s’intitule « le nucléaire ne sauvera pas le climat ».

Le nucléaire ne représente que 8% de l’électricité produite dans le monde. Et à grands frais. C’est l’explosion non pas nucléaire encore qu’il y en ait eu mais budgétaire. Avec des dépassements de budget de 171% contre 8% en moyenne pour les parcs éoliens.

Le changement climatique va diminuer l’étiage, le débit des fleuves : lors de la canicule de 2003, 17 réacteurs ont du s’arrêter ou réduire leur puissance : peu d’eau dans les fleuves et elle était trop chaude. Les centrales nucléaires ne pouvaient pas se rafraîchir correctement. On peut construire des réacteurs sur le littoral sans doute. La mer est un puissant liquide refroidissant. Mais avec la montée des eaux et les tempêtes … c’est risqué. Lors des tempêtes de 1999 la centrale du Blayais en Gironde a frôlé la catastrophe. Submergée par la montée des eaux. Merci aux agents EDF qui étaient aux commandes et ont évité le pire.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.