Parc d’éoliennes en Afrique du Sud.
Parc d’éoliennes en Afrique du Sud. © Radio France / Sandy Dauphin

L'année dernière, les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables ont atteint 256 milliards d'euros, soit 3 % de plus que le précédent record de 2011 (investissements = financement de capacités additionnelles + recherche et développement) . C'est l'une des conclusions du dixième rapport annuel sur les "Tendances mondiales des investissements dans les énergies renouvelables" du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE).

Le vent tourne

En 2015, les centrales à charbon et au gaz ont attiré moitié moins d'investissements (116 milliards d'euros) que les énergies renouvelables (près de 239 milliards d'euros).

C'est une performance dans le contexte actuel. L'effondrement des cours du pétrole et du gaz fait craindre en effet un regain d'attractivité des énergies fossiles. Les investissements dans les énergies propres n'ont pas dévissé au niveau mondial, au contraire. L'explication ? La prise de conscience quant aux dangers du réchauffement climatique. Autre explication plus terre à terre : la baisse du prix du solaire et de l'éolien. En l'espace de 10 ans, le coût de production du photovoltaïque a chuté de 60 % (d'après le rapport du PNUE). En France, le tarif d'achat pour les centrales au solaire était de 300 euros / MWH en 2010. Aujourd'hui, le prix moyen issu d'un appel d'offres est de 82 euros / MWH, soit une réduction de 73 %, estimation fournnie par le Syndicat des énergies renouvelables.

La chine : 36 % des investissements mondiaux dans le renouvelable

Pour la première fois, les investissements des pays du sud dans le renouvelable dépassent ceux des pays du nord. En 2015, les pays en développement et émergents ont investi 139 milliards d'euros (+ 19 % par rapport à 2014) contre 116 milliards pour les pays développés ( - 8%). Cette baisse cache des disparitiés. En effet, l'Europe est en net recul (-21%) malgré les projets records d'éolien offshore. Les locomotives, l'Allemagne, le Danemark et le Royaume Uni ont-elles atteint un palier ? (environ 25% d'énergies fossiles dans leur mix énergétique). En revanche, les Etats-Unis enregistrent une hausse de 19 % (apparemment grâce au retour d'incitations fiscales pour l'éolien et le solaire). Les montants investis au Japon sont stables (32 millions d'euros).Comment expliquer la bonne performance des pays du sud ? Certes, ils partent de très loin - les trois quarts des Africains n'ont pas accès au réseau électrique - mais cette hausse des investissements met à mal tout de même l'idée que les énergies renouvelables sont un luxe réservé aux pays du nord.La Chine représente à elle seule 36 % de tous les investissements dans le renouvelable (+8%l'année dernière), suivie (de très loin) par l'Inde ou encore l'Afrique du Sud. Mais aujourd'hui, ces trois pays restent très largement dépendants des centrales à charbon. Si le rapport du PNUE est encourageant, nous sommes encore très loin des objectifs fixés par la Cop21. Les nouvelles énergies renouvelables représentent 10 % de la production d'électricité dans le monde.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.