Sac plastique
Sac plastique © Romikmk - Fotolia

Oui répond l'association surfrider Fondation qui a lancé une pétition sur Internet qu'elle compte remettre à la Commission Européenne le 15 novembre prochain. Nous utilisons ces sacs quelques minutes et ils se retrouvent souvent dans le milieu naturel. 800 000 tonnes de sacs pastiques sont utilisés en Europe chaque année. 800 000 tonnes ! et un sac plastique ça ne pèse pas bien lourd alors imaginez leur nombre. En France plusieurs enseignes de supermarché ne distribuent plus de sac à usage unique. Elles proposent des sacs payants, réutilisables et échangeables et cela a permis de diminuer la consommation des sacs à usage unique. On est passé de 15 milliards en 2003 à moins de 800 millions aujourd'hui. Mais en ville les petits commerces continuent d'en distribuer. D'ailleurs ils pourraient bien envisager de les faire payer au consommateur puisque le premier janvier prochain, la taxe sur les sacs entre en vigueur : 6 centimes par sac.

En Irlande où la taxe s'élève à 15 centimes depuis 2009, la consommation a dégringolé de 90%.Certains pays ont interdit les sacs : la Mauritanie, le Mali, Haîti... le Bengladesh les a également interdit parce qu'ils ont été soupçonnés d'avoir bouché les canalisations d'évacuation des eaux et aggravé les inondations à Dacca.Le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg est favorable à l'interdiction d'après les participants à la table ronde sur l'économie circulaire. Il aurait même dit que tous les sacs devraient être interdit.. Même ceux qui se déclarent biodégradables. Car ils ne le sont pas réellement. sauf à créer une filière de collecte spéciale et de les composter dans des conditions très précises pour que les micro organismes puissent les digérer. Mais si vous les abandonnez dans la nature ou en décharge, ils ne se dégradent pas.

LA MINUTE DE LA BIODIVERSITE

Et cette question, le clonage peut il ressuciter une espèce disparue ?C'est l'histoire d'une grenouille australienne découverte en 1973. et aujourd'hui disparue. Son nom : Rheobatrachus silus. La suite avec François Letourneux de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.