Elle n'a jamais totalement disparu . Les fruits et légumes sont toujours vendus en vrac. Mais d'après une étude du laboratoire de la consommation responsable, "Mes courses pour la planète", elle revient à la mode.

Friuts et légumes
Friuts et légumes © Fotolia

Les premiers à relancer l'aventure sont les magasins bio ou les marques issues du commerce équitable. Avec l'ambition de faire la chasse aux emballages. Pour ce fabricant de produits d'épicerie, cela a permis de réduire leur poids de 64% par rapport aux produits identiques vendus préemballés.

Des céréales et des lentilles vendus en vrac pourquoi pas... Mais il y a aussi des détergents. En Angleterre par exemple, une chaine de supermarché expérimente la pompe à service d'assouplissant pour le linge.C'est un distributeur automatique qui permet de remplir une poche en plastique souple. Le pari c'est que le consommateur la réutilise 10 fois au moins pour limiter les déchets d'emballage. En Italie dans la région Piémont, le gain représente 100 000 flacons par an qui ne sont pas jetés à la poubelle. Mais revenons en Angleterre où une grande épicerie de Londres va plus loin : tous les produits même alimentaires sont vendus en vrac mais surtout, les clients sont invités à venir avec leurs récipients pour faire le plein.Quel est le bénéfice pour le consommateur ? C'est moins cher. De 10 à 45% selon les produits. C'est d'ailleurs le pincipal argument avancé par les distibuteurs. Une chaine de magasin bio ambitionne ainsi de rendre les produits biologiques accessibles au plus grand nombre.

Mais il y a tout de même une limite à la vente en vrac : la sécurité sanitaire. Les risques sont assez faibles. Mais tout dépend des produits. Pour les fruits et les légumes que nous lavons avant de les manger, peu de souci. C'est le cas aussi pour les produits alimentaires secs, les détergents, les parfums. En revanche pour les produits frais comme le yaourt ou le lait, c'est plus sensible. Et pour les cosmétiques ce serait risqué. Pour les produits préemballés, les cosmétiques sont conditionnés dans un milieu aseptisé, dans un contenant tout neuf après dépoussiérage à l'air comprimé. Pour la vente en vrac évidemment ce n'est pas le cas. Elle ne garantit pas l'absence de contamination ou d'altération des cosmétiques. Or ce sont tout de même des produits qui entrent en contact avec la peau.

LA MINUTE DE LA BIODIVERSITE

Et la bonne santé des abeilles en ville. L'abeille domestique citadine va mieux que sa cousine des champs. Mais ce n'est pas le cas de tous les insectes pollinisateurs. François Letourneux de l'Union internationale pour la conservation de la nature.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.