Tout au long de l'été, on redécouvre avec Laurent Delmas des films qui furent en leur temps labellisé "Film Inter". Aujourd'hui, "Persepolis" écrit et réalisé par Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud. C’est le premier film d’animation de cette sélection estivale et c’est une œuvre particulièrement attachante.

Persepolis de Marjane Satrapi
Persepolis de Marjane Satrapi © Diaphana Films

La scène d’ouverture se situe à Téhéran, en 1978. La petite Marjane est encore une enfant insouciante, alors même que son pays natal va connaître une révolution suite à la chute de la dictature du Shah d’Iran. La cinéaste reprend ici ce qui fit le succès international de sa BD : trait épuré et précis pour un noir et blanc bien tranché. Au temps de l’insouciance succède bien trop vite celui des ayatollahs. Adolescente, Marjane quitte son pays pour l’Europe avant de revenir en Iran.

Marjane Satrapi raconte sa propre histoire avec insolence et ironie sans jamais tomber dans le pathos et la complaisance. Certes, l’adaptation filmée ne peut qu’être un condensé des quatre albums de la BD originelle,  mais on se régale du soin apporté aux voix des personnages. Avec en tête la malicieuse Chiara Mastroianni  qui incarnant Marjane adolescente et adulte lui insuffle une vraie-fausse naïveté plus que parfaite. Dans un drôle d’effet de miroir, la cinéaste a confié à Catherine Deneuve le rôle de la mère de Marjane : mère et fille à l’écran comme à la ville, le duo fonctionne à merveille. Et cerise sur le gâteau cinéphile c’est à Danielle Darrieux que Marjane Satrapi a confié la voix de la grand-mère. Darrieux qui déjà chez Demy, du côté de Rochefort, était la mère de Deneuve. Tout se tient. 

De fait, Persepolis, c’est d’abord une affaire de femmes, de mère, de fille et de grand-mère. Satrapi excelle à l’évidence dans ce portrait de trois générations aux parcours forcément différents qui racontent aussi l’histoire d’un pays et l’histoire des femmes dans ce pays. 

Prix du Jury au Festival de Cannes, ce film puise ses racines cinématographiques aussi bien dans les ambiances angoissantes de La Nuit du Chasseur que dans la légèreté parfois grave et la drôlerie assurée des 400 Coups. Le tout pour fustiger l’intolérance sous tous ses aspects. 

Ce film hautement recommandable vous le retrouvez à la vente ou à la location sur le site VOD d’Universciné. Avec à la clé, quelques scènes cultes comme cette Marjane-Chira chantant à tue tête et à fausses notes parfois cet Œil du tigre comme un Rocky au pays des Mollahs. 

Lire aussi

France Inter soutient le cinéma et s’associe à UniversCiné et vous propose de voir ces films avec un code promo (à retrouver ici)

La sélection des "films France Inter" sur UniversCiné

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.