Le cinéma français n’est pas forcément très à l’aise avec le cinéma politique, maniant plutôt la grosse farce que l’évocation subtile. Or ce coup d'essai de Pierre Schoeller est un coup de maître.

Olivier Gourmet et Michel Blanc
Olivier Gourmet et Michel Blanc © Diaphana Distribution

Le film commence par ce que l’on comprendra être le cauchemar d’un ministre endormi. Et c’est précisément pendant son sommeil que les jeunes membres de son cabinet, qui confondent les canapés du ministère avec ceux d’une boite de nuit, doivent appeler le chef du cabinet pour lui apprendre la mauvaise nouvelle d’un grave accident de la circulation. Car nous sommes au Ministère des Transports. 

Ainsi débute tambour battant, le premier film écrit et réalisé par Pierre Shoeller, L’exercice de l'état. Le cinéma français n’est pas forcément très à l’aise avec le cinéma politique, maniant plutôt la grosse farce ou la lourde fable que l’évocation subtile. Or, avec ce coup d’essai, Pierre Shoeller a brillamment démontré qu’on pouvait évoquer ce milieu avec un sens aigu de la complexité et de la vraisemblance. Son Ministre des Transports, c’est l’impeccable Olivier Gourmet que l’on peut imaginer de centre gauche mais qui va devoir mener une très néo-libérale privatisation des gares françaises. Quand on sait ce qu’il advient actuellement de certains aéroports, on ne peut guère crier à la caricature. Et Shoeller sait tout autant rendre audible la parole du peuple quand il fait dialoguer le ministre et la femme de son chauffeur très remontée contre lui.

Pierre Schoeller avec Michel Blanc et Olivier Gourmet
Pierre Schoeller avec Michel Blanc et Olivier Gourmet / Diaphana Distribution

Ce qui est parfaitement décrit et décrypté dans ce film, c’est l’omnipuissance de la communication politique d’un côté et la coupure du peuple et de son gouvernement de l’autre. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’an dernier Pierre Shoeller avec un magnifique film autour des premiers temps de la Révolution française, intitulé Un peuple et son roi, est remonté à la source de ces fractures françaises. Tout comme son confrère Nicolas Pariser à qui l’on doit notamment Alice et le maire, Pierre Shoeller avec cet Exercice de l'état nous conduit au cœur de la machine gouvernementale avec l’habileté d’un Balzac au travail. 

Il est servi en cela par une distribution impeccable avec notamment aux côtés d’Olivier Gourmet donc un Michel Blanc plus que merveilleux dans le rôle d’un vieux briscard des cabinets ministériels de la Cinquième République. Le forcément célibataire qu’il est, écoute les discours de Malraux en cuisinant le soir chez lui des œufs au plat, mi-Charasse, mi-Guaino, Hussard noir prêt à mourir sur l’autel de la Raison d’Etat. Le film de Pierre Shoeller est à voir et à revoir sur le site VOD de notre partenaire Universciné.com

On se quitte sur une tonalité mélancolique, extraite de la BO du film, Alain Souchon chante un baiser

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.