Cinéaste virtuose, Marco Bellochio a trouvé en l’acteur Pierfrancesco Favino l’incarnation idéale de ce mafieux singulier, fascinant, capable du pire et du meilleur. L’histoire véridique de Tommaso Buscetta, le premier mafioso à briser l’omerta, est un film remarquable, à (re)voir sur la plateforme VOD, UniversCiné.

L’acteur italien, Pierfrancesco Favino, incarne avec profondeur et grâce le mafioso du film de Bellocchio
L’acteur italien, Pierfrancesco Favino, incarne avec profondeur et grâce le mafioso du film de Bellocchio © AFP / Luca Carlino / NurPhoto

Le Traître, le dernier film en date du cinéaste italien Marco Bellochio, est revenu bredouille du Festival de Cannes 2019. Pourtant, cette histoire véridique du mafioso, Tommaso Buscetta, nous permet d’entrer dans la réalité complexe de la mafia sicilienne.

Tommaso Buscetta a fait basculer le cours de l’Histoire en acceptant de parler au juge, Giovanni Falcone. Refusant le terme de repenti, il s’est présenté comme un homme voulant dire sa vérité et des dizaines et des dizaines d’arrestations s’ensuivent au sein de Cosa Nostra. 

La justice organise de grands procès collectifs où les mafieux sont jugés en groupe. Dénis, menaces, aveux, chaque accusé, chaque témoin apporte son lot de révélations, aussitôt contestées par des bataillons d’avocats. 

Le réalisateur, Marco Bellochio, filme ces moments-clés comme s’il s’agissait d’un opéra avec ses décors et ses costumes au cours duquel chacun joue sa partition. 

Mais la barrière linguistique s’en mêle car certains ne s’expriment qu’en sicilien, la langue judiciaire contre la langue de la mafia, et la présence de ces cages en verre qui délimitent et architecturent l’espace comme autant de lieux réservés. 

Nulle tentation documentaire chez le cinéaste mais une extrême attention portée à ce qui fait la réalité de cette mafia sicilienne omniprésente et omnipotente, avec des allers et retours permanents entre des scènes sociales et des scènes intimes, aussi fulgurantes les unes que les autres . 

Pour accompagner musicalement ce chef-d'œuvre, le cinéaste a choisi comme une évidence le chœur des esclaves, extrait de l’opéra de Giuseppe Verdi, Nabucco.

Le Traître, de Marco Bellocchio, à (re)voir sur la plateforme VOD, UniversCiné, un partenariat France Inter.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.