Sheila en anglais pour commencer l’an 19. Le titre Spacer, c’est la rediffusion du Tubes And Co de Rebecca Manzoni ce matin.

Sheila et B. Devotion sur scène pour l'émission télévisée "Noi no"
Sheila et B. Devotion sur scène pour l'émission télévisée "Noi no" © Getty / Giorgio Ambrosi\Mondadori Portfolio

Si le début de ce morceau vous fait danser d’une façon que la décence m’interdit de décrire, il faut raison garder. Commençons donc par une traduction du refrain de Spacer qui s’ouvre, non pas par un couplet, mais par son refrain.

  • He’s a spacer
  • C’est un spationaute.
  • A star Chaser
  • Un chasseur d’étoiles
  • A Spacer
  • Un spationaute
  • He’s a spacer
  • C’est un spationaute…

Vous l’avez compris : Spacer est une chanson qui parle de l’espace. 

Nous sommes en 79 et le sujet suscite l’intérêt du public puisqu’à l’époque, la NASA travaille sur la conception de la première navette spatiale. De plus, la science - fiction est définitivement entrée dans la culture populaire : 2 ans plus tôt, en 77, Star Wars sortait au cinéma. 

D’où, sans doute, les sabres laser et les combis en alu utilisés dans le clip de la chanson.

Et voici Sheila mimant des mouvements d’aérobic au milieu de 3 garçons.

A tous les esprits chagrins qui auraient à redire sur cet accent anglais, je répondrais qu’au moins, Sheila s’applique. Mais en plus d’être un bon morceau, Spacer est aussi le tube d’une femme qui se libère.

Jusqu’ici Annie Chancel, dite Sheila, incarnait « la petite fille de Français moyen », comme elle le dit dans une chanson. Une jeune femme rassurante : mariée, un enfant… mais qui, je la cite, « en avait marre de chanter des conneries ».

Avec Spacer, Sheila renonce à son image d’épouse parfaite, je dirais même plus : elle s’émancipe. Les couettes, c’est fini, elle apparaît désormais en minishort et foulard noué autour de la cuisse. 

La suite, à écouter 

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.