La chanteuse américaine Lizzo, 31 ans, publie ce printemps 2019 son troisième album. Il s'intitule "Cuz I Love You", que l'on pourrait traduire par « Parce que je t'aime », mais il aurait pu également avoir pour titre « Parce que je m'aime », tant ce disque semble faire la nique à tous les diktats de l'apparence.

La pochette de son disque est déjà iconique : elle y pose assise et nue. C’est un manifeste : elle y dévoile ses cuisses larges et plusieurs plis entre ses seins, son ventre, ses hanches. Le corps de Lizzo déborde, sa peau est noire et luisante. Elle vous regarde droit dans les yeux, jouisseuse et sûre d’elle.

Comme une bonne fée, Lizzo écrit de nouveaux contes pour les filles. Avec elle, les princesses prennent du rabe de frites et se lèchent les babines pour effacer les traces de mousse d’une bière. « Miroir, miroir, ne dis rien, ordonne-t-elle, parce que je sais que je suis mignonne. Et je suis comme le Chardonnay, avec le temps je vais me bonifier. »

Lizzo, c’est l’antidote au magazine ELLE, à celles et ceux qui recommandent des abdos pour être belle en maillot dès juillet ou la chirurgie dernier cri pour l’éternelle jeunesse. À celles-là et ceux-là, elle n’oppose ni colère, ni doigt d’honneur. Elle leur rit au nez et c’est beaucoup plus efficace. Lizzo n’a qu’une politique : « Tu es comme tu es et sois en fière. » Assumer toutes les émotions, joyeuses ou sombres, les célébrer dans leurs excès... tout le disque Cuz I Love You est taillé dans ce sens-là. 

On passe sans transition de cuivres par brassées à des passages presque a capella, pour laisser la place à la dimension du personnage. Quand Lizzo se marre, c’est au carré. Et quand elle chiale, c’est pareil. Il n’y a que la demi-mesure qui ne soit pas autorisée.

On se se souvient des divas des années 1990, qui affichaient l’image de mères épanouies et dont le mari s'appelaient parfois René. Lizzo boxe dans la catégorie de celles qui renouvellent le genre. Son troisième album donne toute la dimension de ses capacités vocales.

Lizzo vient à la fois du monde de la musique classique (elle est flûtiste) et du rap, dont elle dit qu’il l’a libérée. Aujourd’hui, elle se saisit de tout, en mélangeant soul, trap, guitares rock et gospel. Sur le morceau "Heaven Help Me", on entend même un chœur clamer « Amen »... Seulement, dès le morceau suivant, Lizzo enchaîne avec une ode au plaisir et au sexe. Tandis que l’on reproche au féminisme d’être soit rageur, soit pudibond, elle s’amuse à minauder en chantant, sur le morceau "Lingerie" :

Je traîne en petite tenue parce que je veux être prête pour toi, au cas où... Et je te conseille d’arriver.

  • Légende du visuel principal: En France, 'Cuz I Love You', troisième album de Lizzo, a paru sur le label WEA © Jabari Jacobs
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.