Une chanson d'amour devenue tube mondial. Une chanson sur l’amour éternel. L’histoire d’un garçon qui perd celle qu’il aime mais qui l’a dans la peau pour toute la vie.

The Cure, en mai 1987
The Cure, en mai 1987 © Getty / Dave Hogan / Hulton Archive

C’est un groupe qui fête ses 40 ans cette année et qui ouvrira la prochaine édition du festival Rock en Seine en août 2019 : The Cure est à l’affiche du "Tubes And Co" de Rebecca Manzoni ce matin. Et nous vous proposons la réécoute de l’épisode consacré au morceau : "Just Like Heaven".

Bienvenue au cœur de la Provence. Car c’est là, au milieu de 600 hectares de pinèdes, d’oliveraie – et de vignoble – que le quintet des Cure enregistre cette chanson de l’année 1987.

Ça se passe dans le château de Miraval, reconverti en studio d’enregistrement. Et Robert Smith, meneur du groupe, décrit l’endroit en disant : « Ça ressemble plus à une maison de repos qu’à un studio. » Du repos, les Cure en ont besoin. Depuis 1985, ce sont des stars internationales et voilà qu’ils enfoncent le clou en composant l’un des canons de la pop mondiale. Le truc qui entre dans toutes les têtes et dont la signature est ce passage à la guitare… que j’isole pour le plaisir.

Et dire que 20 ans plus tard, en 2006, "Just Like Heaven" a servi de réveil matin aux astronautes en orbite à bord de la navette spatiale Discovery. "Just Like Heaven", on peut le traduire par « comme au paradis »

Qu’on prenne cette chanson ou une autre, The Cure fait partie des rares groupes qu’on identifie dans la seconde. Parce qu’au même titre que les Beatles ou Pink Floyd, The Cure a inventé « un son ». Ça veut dire une façon bien à eux d’utiliser des instruments que tout le monde avait pourtant à sa disposition. Comme une guitare basse, tenue ici par Simon Gallup. Chez The Cure, la basse n’est pas un détail dans le décor. Elle est en gros plan presque tout le temps. Arrivent des synthétiseurs pour ajouter innocence et fantastique. Rappelons que le cinéaste Tim Burton est fan des Cure.

Enfin il y a la voix de Robert Smith. Dans un excellent numéro spécial des Inrockuptibles dédié au groupe, Louis – Julien Nicolaou écrit que Robert Smith semble toujours au bord des sanglots. Alors on continue de déshabiller "Just Like Heaven" avec la piste vocale de la chanson. En 1987, Robert Smith a 28 ans. Mais à l’écouter, on a l’impression qu’il en a 17.  

Mais avant que Robert Smith ne pose sa voix sur le morceau, il en offre l’instrumental au producteur d’une émission de télé mythique qui s’intitulait : "Les Enfants du rock !". "Just Like Heaven" en est devenu le générique emblématique. Même si ça n’a duré qu’un an.

C’était malin de la part de Robert Smith de donner son morceau à une émission de télé, parce qu’en 1987, internet n’était pas encore dans les foyers. Mais la télé était dans tous les salons ! Pour la musique, le petit écran était donc un moyen de diffusion puissant. Choisir une chanson des Cure pour le générique télé d’une émission rock, c’était le mettre à coups sûrs dans les oreilles de la jeunesse française. Et mon père de commenter :  « Ah, c’est la chanson du gars qu’est coiffé comme un dessous de bras. » Mais derrière cette coiffure arachnéenne, les costumes noirs et le rouge à lèvres qui bave. … Il y a un cœur qui bat ! "Just Like Heaven" est une chanson sur l’amour éternel. L’histoire d’un garçon qui perd celle qu’il aime mais qui l’a dans la peau pour toute la vie. Avec ce refrain qui dit :  « Toi, douce et unique. Toi, perdue et solitaire. Toi, comme le paradis »

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.