Didier Varrod présente le nouvel album de la chanteuse française Barbara Carlotti. Ce disque intitulé 'Magnétique' a été imaginé et écrit à partir de la retranscription de ses rêves nocturnes...

Les nuits magnétiques de Barbara Carlotti consistaient donc à noter tous ses rêves. Des plus fantasques aux plus réels, voire prémonitoires... dans le but de produire douze chansons, en n’omettant pas de nous mettre en garde dès la première, sur l’état d’esprit de sa psyché avant de se noyer dans le royaume des songes.

Son trop-plein d’énergie, porté par une belle chorale de cuivres, a été le carburant qui a mis en marche le moteur intérieur de création d’une Barbara Carlotti, toujours guettée par le déséquilibre et l’instabilité. Le rêve paradoxal est devenu, pour elle, une chance paradoxale. Au lieu de la désincarner du champ social, le rêve lui a offert un second souffle pour s’ancrer dans sa réalité de chanteuse. En devenant une rêveuse professionnelle, elle a retrouvé le désir d’écrire et de produire. Comme si, en état d’hypnose permanent, elle s’était laissé guider, s’offrant après les rêves, des refrains imparables, dont celui de "Voir les étoiles tomber", premier single de son nouvel album.

C’est Georges Delerue au pays du psychédélisme, et Barbara Carlotti a réussi à transposer le climat musical de ses rêves. Nous faisons un rêve toutes les 90 minutes. Barbara Carlotti s’est donc réveillée toutes les 90 minutes, pour retranscrire les siens. Travail d’astreinte, parfois intensifié par les études scientifiques sur le rôle du cerveau dans ces espaces de sommeil ou la conscience travaille. Et où il est question d’instaurer un nettoyage de nos émotions... jusqu’à devenir une créature amoureuse qui se téléporte dans les zones de l’invisible où tout est possible.

Barbara Carlotti rejoint ainsi les surréalistes et beaucoup d’artistes de la beat generation qui ont, eux aussi, fait ce travail de création sur les rêves. L’accès aux rêves s’inscrivait en effet dans la volonté des surréalistes d’abolir les frontières de la réalité. Hypnose, spiritisme, psychotropes, mots prononcés à la lisière du sommeil, écriture automatique, Barbara Carlotti poursuit ce chemin sur le trouble entre ce qui est la réalité vraie et ce qui fait partie de nos rêves. Ce qu’elle matérialise dans l’état amoureux, sur une fondation de doutes, en compagnie de Bertrand Burgalat pour "Tout ce que tu touches", l’un des tubes du disque.

Même si le monde immatériel a pris le pas sur la réalité, cet album Magnétique, écrit et composé par Barbara Carlotti, est bien le continuum de ce que Queneau désigne comme « le territoire du rêve, celui de la lutte contre les oppressions et les vexations sociales ». Un album magnétique, politique et esthétique. Un appel au rêve général. 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.