Pop & Co , c’est du lundi au jeudi… et le vendredi, c’est Tubes & Co !

Le Retour des tomates tueuses , c’est le film qui ouvre un cycle de cinéma trash ce jeudi 4 juin au soir sur Arte. « Le retour des tomates et la vitalité du cinéma de série B », c’est donc le sujet de Pop & Co .

La menace d’invasion est un grand thème du cinéma de série B. Il y eut L’Attaque de la moussaka géante ou celle des requins volants. Mais… les tomates... pourquoi ? Parce qu’aux États-Unis, en pleine Guerre Froide , elles permettent des répliques comme celle-ci :

0'05

La Menace terroriste - 'Le Retour des tomates tueuses'

Ces méchantes tomates font l’objet de quatre films, tous signés John De Bello et ce deuxième volet qui traite de leur grand retour fut tourné en 1988 . Il y est question d’un savant fou. C’est le Docteur Gangrène . Dans la clandestinité de son laboratoire, le docteur crée, une armée d’ « hommes et de femmes-tomates », danger pour l’humanité mais qui lui sont totalement dévoués.

'Le Retour des tomates tueuses'
'Le Retour des tomates tueuses' © Four Square Productions | Tomatos II | Transatlantic Entertainment / Four Square Productions | Tomatos II | Transatlantic Entertainment

L'idée n'est pas ici d'aller plus avant dans l’exposé de l’intrigue et l'on se contentera du constat suivant : A l’époque de la sortie, le film n’a pas fait l’objet d’un partenariat France Inter. Et pourtant, Le Retour des tomates tueuses s’inscrit dans la tradition d’un cinéma qui révèle le côté obscur d’Hollywood . Ce cinéma-là est né de la crise . Les premiers films du genre sont apparus juste après 1929 . Les Américains n’avaient plus les moyens d’aller au cinéma et les salles se sont mises à leur proposer deux films pour le prix d’un . Un film A. Et un film B. D’où l’expression de « série B ».

En 1988, Le Retour des tomates tueuses explique un mode de financement que l’on connaît très bien aujourd’hui : c’est le placement de produits . Une marque donne de l’argent pour le film, en échange de quoi, on voit à l’écran le produit qu’elle vend. L’ironie du sort veut que ce soit George Clooney qui expose ce principe. Et en 1988, Georges ne boit pas encore de café . Aujourd’hui, Georges renie ce film. Il est vrai qu’il y arbore un brushing interdit par les accords de Genève depuis.

Comme la plupart des longs-métrages de cette veine, Le Retour des Tomates tueuses cultive le goût de la parodie et le clin d’œil passe notamment par la musique .

Et aujourd’hui, on pourrait dire que les tomates tueuses ont un avenir. Parce que les codes de ce type de cinéma , notamment fausse hémoglobine , gros nichons et second degré , sont adaptés à la grammaire des vidéos diffusées sur Internet aujourd’hui. Le modèle du genre, c’est Kung Fury . Un film déjà phénomène : depuis vendredi dernier, 11 millions de personnes l’ont vu . C’est l’histoire d’un maître de kung-fu qui décide de remonter le temps pour tuer Hitler . Un dieu bodybuildé, un marteau géant et des dinosaures viennent lui prêter main forte. Kung Fury a été présenté à la Quinzaine des réalisateurs au dernier Festival de Cannes.

la suite à écouter...

Le Retour des tomates tueuses est diffusé sur Arte ce jeudi 4 juin à 23h35 ainsi que le mercredi 10 juin à 02h45.

Après sa première diffusion TV, le film sera disponible pendant 7 jours sur la plateforme Arte +7 .

Le cycle "Cinéma trash - Spécial tex-mex " a lieu sur Arte jusqu'au 18 juin avec la diffusion de :

  • Une nuit en enfer de Robert Rodriguez, le lundi 8 juin à 22h55 ;
  • La Malédiction de la momie aztèque de Rafael Portillo, le jeudi 11 juin à 23h50 ;
  • et Santo et Blue Demon contre Dracula et le Loup-garou de Miguel M. Delgado, le jeudi 18 juin à 23h55.

►►► ALLER + LOIN | (re)découvrir la fabuleuse aventure de Kung Fury sur Net plus ultra , le blog de la rédaction web de France Inter

Les liens

le twitter de Rebecca Manzoni

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.