À l'occasion de la sortie en salles du documentaire de Bruce Weber "Nice Girls Don't Stay For Breakfast" consacré à l'acteur américain Robert Mitchum, Pop & Co s'attarde sur un aspect méconnu de la vie et l'œuvre de Mitchum : sa carrière de chanteur.

On peut déjà considérer que Robert Mitchum était un musicien rien qu'à sa façon de jouer une scène. Dans La Nuit du Chasseur de Charles Laughton, sorti en 1955, dans lequel Mitchum incarne un prêcheur psychopathe, prêt à zigouiller deux enfants pour mettre la main sur un butin, il met des dizaines de notes dans ses répliques, quand il s’adresse aux enfants. Il parle comme on chante, pour envoûter autant que pour faire peur. On remarque sa façon d'appeler les gamins, avec deux notes qui montent, puis redescendent, comme un écho en négatif, pour le seul mot « children »... On entend également ces deux notes qui descendent au début du cantique que Mitchum interprète dans le film, "Leaning On The Everlasting Arms". La scène se déroule la nuit. On voit son corps en ombre chinoise. Il n’y a donc que sa voix pour le rendre charnel. La voix de Robert Mitchum, comme un élixir.

Deux ans plus tard, en 1957, Robert Mitchum change totalement de registre en publiant son premier disque intitulé Calypso - Is like so... Le déclic a lieu à l’occasion d’un tournage sur l’île de Trinidad. Robert y écume les bistrots plus qu’il ne fréquente le plateau. C’est là qu’il tombe amoureux du calypso et qu’il se met à faire des bœufs avec les musiciens locaux. Dans le morceau "I Learn A Merengue, Mama", Mitchum apprend à danser le merengue.

Ce premier disque entretient le mythe de l’humour et de la désinvolture de Robert Mitchum. Pourtant, quand on écoute une pépite comme Tall Dark Stranger, rareté discographique qui réunit des enregistrements épars et des chutes de studio, on découvre un Mitchum appliqué et fébrile. On l'entend même faire part de ses craintes à l'ingénieur du son qui l'enregistre : « C’est un morceau difficile, ça. Je vais essayer. » Et l’ingénieur du son le rassure comme il peut : « Nous, on est sûr que tu vas y arriver. » Alors Robert allume sa clope. Et se lance avant de tout arrêter en demandant : « Mais c’est quoi les paroles, putain ? »

Par son attitude, Robert Mitchum va influencer des générations de rockeurs. Parce que Robert n’est pas cool... il est le cool. Dans son deuxième et dernier album That Man Sings, il suffit d’écouter sa reprise de "Sunny" pour le ressentir. Une sorte de roulement de tambour annonce son entrée en scène, mais Mitchum désamorce tout de suite la grandiloquence de l'effet dès qu'il se met à chanter.

  • Légende du visuel principal: Connu mondialement pour sa carrière d'acteur, Robert Mitchum a également été chanteur et publié deux albums © Getty
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.