Chaque année, aux États-Unis, la finale du Super Bowl (le championnat de football américain) est l'un des moments télévisés les plus importants. Il l'est aussi pour l'industrie musicale, et ce en raison du spectacle de la mi-temps, assuré pour cette 52ème édition, par Justin Timberlake. Décryptage et polémiques...

Aux États-Unis, dans la nuit du dimanche 4 à ce lundi 5 février a eu lieu la finale du Super Bowl, le championnat de football américain. Comme tous les ans, cette manifestation était coupée, à la mi-temps, par un concert d'une dizaine de minutes. Un intermède musical suivi par plus de 120 millions de spectateurs.

Et dire que dans les années 1960, les organisateurs du match méprisaient cette pause musicale en déclarant :

On ne va quand même pas investir dans un moment où les gens vont pisser !

Ces messieurs craignaient aussi que les popstars ne prennent toute la lumière et que le jeu passe au second plan. Ils avaient, à vrai dire, raison de se méfier. C'est en effet ce moment emblématique de l'industrie musicale américaine et de sa démesure qui retient surtout l'attention.

Cette année, celui qui a remporté la timbale pour assurer le show s'appelle Justin Timberlake. Comme ses prédécesseurs, Justin a indéniablement travaillé très dur. Il faut dire que l'enjeu est de taille : avec 120 millions de spectateurs garantis, sans compter les reprises sur le net, le Super Bowl assure une visibilité planétaire monstrueuse. C'est donc un outil de promotion inégalable. Aussi, Justin Timberlake a très opportunément sorti son nouvel album deux jours avant le Super Bowl.

Mais sa présence cette année a surtout ravivé le plus gros scandale de toute l'histoire du Superbowl auquel Timberlake a participé.

1er février 2004, au Reliant Stadium à Houston, Texas : Justin Timberlake et Janet Jackson chantent "Rock Your Body". « Parle-moi », répète-t-elle. « Je te parie que je te mets toute nue pour la fin de la chanson. », répond-il. À cet instant, la mise en scène prévoyait que Justin arrachât une partie du corset de Janet. Le temps de 9/16èmes de seconde, le sein droit de Janet Jackson est complètement découvert. Face aux accusations d’atteinte à la morale lié à ce surgissement de téton, on parle officiellement de « dysfonctionnement vestimentaire ». Médiatiquement, le scandale devient le « Nipplegate » : l’affaire du téton.

Les organisateurs du Superbowl réagissent en confiant le concert des huit éditions suivantes exclusivement à des messieurs : Paul Mc Cartney, Mick Jagger, Bruce Springsteen. C'est vrai qu'avec eux, on était à l'abri, niveau protubérance mammaire.

À la suite de l'incident, Janet Jackson a dû présenter des excuses à la télévision. Un moment médiatique qui a changé l'histoire...

la suite à écouter...

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.