L’heure est au disco sur France Inter. 'Disco Europe Express', le tout premier documentaire dédié à l’aventure européenne de la musique disco, est signé Olivier Monssens. Il est disponible en ligne sur le site d’Arte jusqu'au 25 mars 2018 et est à l'affiche de 'Pop & Co' ce lundi.

En 1975, à Munich, dans les studios Music Land, un Italo-Allemand du nom de Giorgio Moroder demande à Donna Summer

Dis, tu crois que tu peux être plus sexy que la fille qui gémit dans "Je t’aime... moi non plus" de Gainsbourg ? 

À cette question, Donna répondit oui.

"Love to Love You Baby" est un cas d’école. Alors que la plupart des interprètes des grands tubes disco de la fin des années 1970 sont comme Donna Summer, c’est-à-dire afro-américains, les concepteurs de ces morceaux sont européens : français, belges ou allemands. C'est à Munich que va s’écrire l’une des plus belles pages de la musique disco, voire l’une des pages les plus importantes de l’histoire de la musique mondiale.

Le premier intérêt du film d’Olivier Monssens est de dire à quel point cette musique dansante, considérée par certains comme un machin pour faire tourner les serviettes, fut révolutionnaire. C'est sur "I Feel Love" de Donna Summer que cette révolution a eu lieu. Pour la première fois, Georgio Moroder et son collaborateur Pete Bellotte, suppriment tout ce qui relie le disco à la pop, à la soul ou au funk. Ils en font quelque chose de futuriste, mécanique, avec des sons jamais entendus jusqu’ici. Il n’y a que la voix irréelle de Donna Summer pour assurer la mélodie. C’est donc en 1977, à Munich, avec "I Feel Love" que s’invente la musique du futur. Toutes les musiques synthétiques des décennies suivantes : la new wave, la house, la techno sont nées de la cuisse d’"I Feel Love". Autrement dit, sans "I Feel Love", pas de New Order, pas de Eurythmics, pas de Daft Punk.

Alors que beaucoup des sujets qui abordent le disco s’attardent sur les chemises en satin et l’excès de fards à paupières, Olivier Monssens, dans Disco Europe Express, ne nous parle que de musique. Il rappelle que les fondamentaux du disco sont la guitare-basse électrique et un changement dans l’histoire du rythme qui fait danser.

Disco Europe Express est aussi un hommage aux hommes de l’ombre. À tous ces artistes, musiciens et surtout orchestrateurs qui opèrent en studio et vous font danser sans qu'on ne le sache.  

Le chanteur du groupe Boney M. se contentait, en fait, de mimer les paroles. Parce que la voix de ses morceaux était assurée par le producteur, un Allemand du nom de Frank Farian.

la suite à écouter... 

Disco Europe Express, l’histoire des alchimistes européens du disco est disponible sur le site d’Arte jusqu’au 25 mars 2018. 

Légende du visuel principal:
La musique disco a ses origines en Europe, comme en témoigne le documentaire 'Disco Europe Express' d'Olivier Monssens © Getty / Jennifer M. Ramos
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.