Plus que jamais libre de créer ses propres vacances, le duo Hollydays publie un premier album : “Hollywood Bizarre”. On y retrouve des morceaux déjà aimés et présents sur leur EP “L'Odeur des joints”, paru en janvier dernier, parmi lesquels le sublime "Léo", mais surtout des tas de nouveautés, chansons pop en français.

Le premier album du groupe et duo Hollydays, est sorti vendredi dernier, et il s’intitule Hollywood Bizarre...

Hollydays, c’est un garçon et une fille. Élise Preys et Sébastien Delage. Ensemble, ils portent une vision commune de la chanson pop. Un amour immodéré pour la mélodie, la mélancolie, et le contraste des sentiments. Avec à la clé de chant, ce fameux « pleurer danser » qu’ils ont instauré comme une sorte de cahier des charges pour faire de chaque chanson un instant de spleen heureux.

Il y a dans la musique de Hollydays toute la cartographie imaginaire du nom de groupe qu’ils se sont choisis. La liberté de considérer que la musique n’est pas un métier mais une passion. Le « hollydays » à la fois canaille et bubble gum d’une chanson de Madonna. Un mode de vie où l’odeur des joints plane. La confusion des genres. Des filles en costards et des garçons en robe. Le film Shortbus en clin d’œil orgiaque. Des rêves et des chimères de gloire. Sur le boulevard des anges, il fait un temps d’Hollywood bizarre, avec en sous texte, l’expression de la peur de l’échec.

Le groupe Hollydays représente assez bien ce que la philosophe et chanteuse Agnès Gayraud écrit dans son ouvrage Dialectique de la pop. Le groupe incarne l’utopie de la popularité, c’est-à-dire ce moment ultime où le plébiscite rencontre l’art. Avec cette idée majeure qu’une musique qui va être immédiate, recevable par tous, possède une grande valeur artistique. Hollydays c’est une suite de chansons attirantes qui attise les humeurs du temps. C’est aussi une génération qui croit au bonheur du jour dans un futur aléatoire, et qui parfois (donc) boit pour oublier.

Pour parler d’eux Élise et Sébastien ont écrit eux-mêmes une propre profession de foi pour se présenter :

On aime les chansons, celles qu’on chante comme ça sans raison, des refrains entêtants qui parlent de nous, de toi et des autres.

Et ils rajoutent :

On est libres d’aimer deux, trois, ou douze personnes.

Cette génération que l’on voudrait trop souvent qualifier de génération de l’incertitude sait aussi affirmer son identité et ses convictions comme dans cette chanson magnifique sur le coming out qui ne mâche pas ses mots : "Monsieur Papa".

Le groupe Hollydays a décidément bien choisi son nom. Libres avec leurs chansons de créer leurs propres vacances qu’ils passeront aussi donc sur scène. Le 22 novembre à Porte les Valence et le 13 mars à la Cigale à Paris.

Légende du visuel principal:
Hollydays © Radio France / Alexis Goyer
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.