À 76 ans, l'anti-héros magnifique de la soul américaine publie un nouvel album intitulé 'Love, Loss, and Auto-Tune'. Ce disque étonnant et audacieux prouve toute la vivacité et la créativité du chanteur et musicien, qui s'est allié, pour l'occasion, à Justin Vernon, leader et chanteur du groupe Bon Iver.

À 76 ans, Swamp Dogg a publié cet été 2018 un nouvel album intitulé 'Love, Loss & Auto-Tune'
À 76 ans, Swamp Dogg a publié cet été 2018 un nouvel album intitulé 'Love, Loss & Auto-Tune' © David McMurry

Sur la pochette de son nouveau disque, il y a une piscine. Mais elle sale et vide. Lui est assis au bord, en peignoir et claquettes jaunes. Swamp Dogg est l’anti-héros magnifique de la musique soul. Le genre d'homme qui a suffisamment d’autodérision pour publier en 1976 une compilation qui s’intitulait ??? Greatest Hits ???, soit « Plus grands succès » en français, alors qu’il n’en avait écrit aucun.

Swamp Dogg fait des disques depuis qu’il a 12 ans. Et s’il n’en a pas vendu tant que cela, c’est parce qu’il a toujours boxé hors de toutes les catégories.

Sur Total Destruction To Your Mind, un album paru en 1970, on assiste à l’accouplement entre la soul et le psychédélisme de l’époque. Ce disque atomique et inclassable annonce son ambition avec ce titre : « La destruction totale de votre esprit ». C'est également le titre de l'un des morceaux de cet album.

Avec Total Destruction To Your Mind, Swamp Dogg faisait entrer des thèmes inédits dans la musique soul. Il parlait d’écologie, avec des morceaux qui dénonçaient l’énergie nucléaire. Il signait des chansons antipatriotiques qui lui ont valu d’être blacklisté par Richard Nixon.

Aujourd’hui encore, à 76 ans, Swamp Dogg continue de bousculer les codes. Son nouvel album s’intitule Love, Loss, and Auto-Tune, qu’on peut traduire par « Amour, perte et auto-tune », du nom de ce logiciel qui déshumanise les cordes vocales et que l'on entend beaucoup dans les productions rap depuis la fin des années 2000. Swamp Dogg, lui, utilise l’auto-tune pour interpréter une chanson des années 1920 : "Stardust", chantée à l'origine par Doris Day.

Au départ, l’Auto-tune est un correcteur vocal qui aide à chanter juste. Et comme pour faire un pied de nez au principe, sur la version de "Stardust" proposée par Swamp Dogg, c’est l’orchestre qui part en sucette, qui joue faux, délibérément, comme si la musique passait devant un miroir déformant.

Dans ce disque, Swamp Dogg signe aussi des morceaux de son cru, sous son nom. (Il s’appelle Jerry Williams, Jr. pour l’état civil.) Ce sont des chansons d’amour et il ne fait rien comme tout le monde, dans ce domaine aussi. Quand il déclame « Je t’aime », il ajoute tout de suite : « Mais, en fait, je m’aime, moi, beaucoup plus ».

Autre exemple : la chanson "Sex with your ex", dit en résumé qu’il n’y a pas mal à se faire du bien avec votre ex, à partir du moment où ça vous rend heureux.

la suite à écouter...

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.