Porté par une symphonie éclectique de synthétiseurs, qui pourraient être la signature sonore des années 1980, et illustré par un vidéo-clip presque pas anxiogène, où les falaises de la Jurassic Coast, dans le Dorset anglais, servent de décor à d'improbables brushings, “Shout” de Tears for Fears est dans Tubes & Co.

"Shout" de Tears for Fears date de l'année 1984, en plein dans les grandes heures du clip vidéo. Ainsi, pour les buveur·se·s de Tang, "Shout" était donc une chanson, autant que des images. Faut-il pour autant se réjouir de les revoir 34 ans plus tard ? Rien n'est moins sûr. Car cela impliquerait de se résoudre aux constats suivants :

  • la bande-son d’une adolescence proverbialement tourmentée fut portée par deux garçons dont les brushings devraient être interdits par la Convention de Genève ;
  • mimer des paroles au bord d’une falaise par grand vent, tandis qu’une mouette strie le ciel gris de son vol plané... ce n'est pas une bonne idée.

Le nom Tears For Fears est inspiré d’un livre d’Arthur Janov, un psychanalyste qui préconisait la pratique du cri primal. "Shout", « crie » en français, pourrait donc passer pour un hymne de développement personnel. C’est en fait un appel à la révolte au beau milieu des années fric que fut la décennie 1980. On y trouve en effet ce vers qui dit :

Arrête d’écouter tous ceux qui ne te voient que comme un travailleur. Envoie-leur un baiser d’adieu.

La même année, des vedettes américaines, la main collée sur l'oreille, chantaient en chœur "We are the World", une scie humanitaire et consensuelle."Shout" détonait en appelant donc au cri collectif et protestataire. Mais pour ce qui est de la bande-son, Tears for Fears exploite à son paroxysme l’idiome pop de l’époque : de multiples synthétiseurs. Au point que le morceau a l’air de vouloir démontrer toutes leurs possibilités. Pile au milieu de la chanson, il y a une sorte de collage, qui part dans toutes les directions et après lequel le refrain revient, avec roulement de tambour pour annoncer une armée en marche.

Le duo Tears For Fears réunit Curt Smith et Roland Orzabal. Ce dernier est le compositeur et le chanteur principal. Dans une interview pour la Red Bull Music Academy, Roland explique : 

Le synthé était pour nous comme une religion. La guitare, une hérésie.

Mais, pour ce titre, comme pour l’album, Roland prend sa guitare et transforme le morceau en épopée. Et entre deux refrains robotiques et martiaux, Roland choisit d’interpréter les couplets à la limite de la justesse et au bord des sanglots.

la suite à écouter...

►►► Le groupe Tears for Fears sera en concert à l'AccorHotels Arena, à Paris, le 21 février 2019.

Légende du visuel principal:
En 1984, année de leur succès avec "Shout", Curt Smith et Roland Orzabal, les deux membres du duo Tears for Fears, ont 23 ans. © Getty / Peter Noble/Redferns
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.