Pour son 'Tubes & Co' de ce vendredi, Rebecca Manzoni a choisi de s'intéresser à "Résiste", un morceau écrit et composé par Michel Berger pour son épouse France Gall. On ferme donc les poings et l'on rapproche les coudes des genoux pour crier au monde que l'on peut être belle et rebelle !

France Gall sur scène
France Gall sur scène © Getty

Cette histoire se déroule en 1981 et France Gall a opéré sa mue. Dans une interview accordée au journal Le Monde en 2004, elle déclarait en effet :

Je suis née quand j’ai rencontré Michel, un peu comme la Belle au bois dormant.

France Gall a rencontré Michel Berger en 1973. En 1981, c’en est donc bien fini de la gamine avec jupe au genou et raie au milieu qui ne comprenait pas ce qu'on lui faisait chanter dans "Les Sucettes". La mue est ainsi opérée et même la gestuelle de France Gall s’en trouve changée : à cette chanson correspond une chorégraphie tout en saccades et cheveux en bataille.

Michel Berger lui conçoit un pré-refrain avec un martèlement au piano, qui accompagne les trépignements de son épouse. Avec Véronique Sanson, Michel Berger fait partie de ceux qui font un nouvel usage du piano dans la chanson française ; le piano n’est plus seulement l’instrument des ballades, il est ici au service de la pop. Et la pop française de Michel Berger se nourrit du groove de la musique noire américaine : soul, funk, jazz.

C’est la version live de "Résiste" au Palais des Sports en 1982 qui en restitue le mieux l’esprit : piano bastringue et guitare qui miaule.

Dans cette chanson, on entend donc :

Cherche ton bonheur partout. Va ! Refuse ce monde égoïste !

"Résiste" serait ainsi à l’année 1981 ce que le pamphlet Indignez-vous ! de Stéphane Hessel fut à l’année 2010. Sauf qu’en 2010, le Président de la République s’appelle Nicolas Sarkozy et qu'en novembre 1981, mois de la sortie de ce 45 tours, le Président s’appelle Mitterrand. "Résiste" colle donc à l’époque : un titre-slogan, quand on croyait encore que l’on pouvait changer le monde.

la suite à écouter...

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.